Brabant

J’aurais préféré rester encore un mois en Italie !", souriait Marco, à l’heure de rentrer en classe, devant les bâtiments de la nouvelle école secondaire d’enseignement spécialisé que l’Escalpade a ouvert cette semaine à Limal, dans les locaux du PO de l’école du Gai Savoir, qui avait dû fermer ses portes en octobre dernier. C’est l’ASBL Escalpade, association créée par des parents d’enfants handicapés confrontés au manque d’établissements scolaires adaptés en Brabant wallon, qui assure le soutien financier et logistique de l’école. L’école Escale, qui s’occupe de cours dans divers hôpitaux, relaye la démarche de l’ASBL pour créer, après plusieurs années de préparation, un enseignement adapté aux enfants atteints de déficiences physiques (type 4).

Comme Marco, ils étaient seize enfants, âgés de 12 à 14 ans, à faire leur rentrée dans la nouvelle école. La moitié d’entre eux vient des primaires de l’Escalpade à Louvain-la-Neuve ouverte le premier septembre 2005, dont Victor, 12 ans : "Je suis content de rentrer, je serai notamment avec Nicolas et Bruno. Je ne suis pas trop stressé, je sais déjà où je vais aller." Julien - qui a réussi son CEB en juin dernier - sera dans une autre classe. "Mon fils a fait ses primaires dans l’enseignement normal, malgré ses problèmes de santé", confie Nathalie Poleur, qui vient de Jodoigne. "Mais il a dû subir une opération durant les vacances. L’ouverture de cette école est donc une opportunité, car elle lui permet de continuer sa scolarité en Brabant wallon. Et j’espère qu’il pourra retourner, l’an prochain, dans le général. Cela nous permet aussi de souffler car, l’an passé, il n’avait pas été bien accepté."

Le projet pédagogique, basé sur un plan individualisé d’apprentissage, entend mettre l’accent "sur le développement de l’autonomie du jeune et son épanouissement dans le respect de ses compétences". Il s’agit d’un enseignement de type 4 de forme 1 (un enseignement d’adaptation sociale) et de forme 4. Celle-ci est organisée selon deux déclinaisons : une classe d’enseignement général (même cursus que l’ordinaire) et une classe d’enseignement différencié (pour les élèves qui n’ont pas encore leur CEB). L’Escalpade comptera donc trois classes - une générale, une filière différenciée et une classe destinées aux enfants polyhandicapés. Les jeunes seront encadrés par une dizaine d’enseignants et quatre paramédicaux.

"Le bâtiment de deux étages compte plusieurs classes et une salle de kiné. Le tout accessible par le haut ou le bas. Ça a été tout juste pour terminer dans les temps", confiait Michel Ziegler, le papa de Nicolas. Les locaux ont été aménagés durant l’été afin de les rendre accessibles et adaptés aux besoins des élèves atteints de déficience physique.

Les corps de métier du coin ont été aidés par des bénévoles profs, parents, voire inconnus, pour repeindre, rendre les sanitaires accessibles aux chaises roulantes, placer des plans inclinés. Des travaux qui ont été soutenus à hauteur de 50000 € par Cap 48. Sans compter les branchements informatiques. "C’est que l’ordinateur remplace la main ou la parole et permet aux enfants qui ne parlent pas de communiquer", explique Robert Dormal. Des outils qui donnent accès aux apprentissages, en primaire comme en secondaire. L’école, qui sera inaugurée officiellement le 17 octobre, devrait rester dans les locaux de la place Albert 1er à Limal quelques années, le temps de concrétiser le projet de construction à LLN sur le site du fondamental, qui repose sur des dons privés.