Brabant Même dans le vieux centre du "Botroul", les habitants ont pris la peine d’accomplir leur devoir de citoyen.  Ambiance. 

Dimanche matin, la Plateforme citoyenne, infatigable et indécrottable poil à gratter de la démocratie locale ottinto-néolouvaniste estimait, à juste titre, selon le Code de la démocratie wallonne qu’on aurait pu prévoir bien plus de bureaux de vote mais finalement au lieu des 33 attendus ou espérés, la ville en avait finalement installé dix sur l’ensemble du territoire de la ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve pour sonder, ce dimanche, les reins et les coeurs des citoyens du "Botroul" sur l’extension du centre commercial de l’Esplanade (à lire dans nos pages Belgique).

Surprise ! Dès notre arrivée à l’école communale du centre qui surplombe l’hôtel de ville à l’avenue des Combattants, non seulement il y avait foule mais contrairement à ce qu’on pensait, il n’y avait pas que des militants "en transition" mais aussi nombre de citoyens lambda heureux de se voir consultés sur l’avenir commercial de Louvain-la-Neuve et partant de toute leur ville toujours en plein essor. Des Ottinto-Néolouvanistes de tous âges où de manière un peu étonnante mais néanmoins hyper-sympathique émergeaient pas mal de cheveux gris.

La Plateforme citoyenne en renfort

Mine de rien, pour les plus anciens combattants de l’intégration de Louvain-la-Neuve dans l’Ottignies de toujours, ce fut comme une consécration de l’idée nullement idiote de favoriser un jumelage avec Louvain l’ancienne, un demi-siècle après s’être stupidement exclu réciproquement au nom d’un racisme linguistique imbécile… Il a été signé le dernier jour du mois de mai entre les maïeurs Roland et Tobback mais les habitants aimeraient bien y être davantage intégrés. Toutefois, par rapport à l’agrandissement de l’Esplanade, les Ottinto-Néolouvanistes au sens le plus large - entendez : aussi les habitants de Céroux-Mousty, ceux de Limelette et ceux du vieux centre ottintois - ont bel et bien pu se prononcer. Et ils ne s’en sont pas privés.

Au risque de bousculer sérieusement une organisation communale qui n’avait peut-être pas prévu une telle mobilisation. On pourrait faire les gros yeux aux responsables de la Plateforme citoyenne d’être très présents autour des bureaux 1 et 2 mais face à une situation qui risquait de virer à l’aigre, Raphaëlle Buxant et ses amis ont eu la bonne idée de demander à l’échevin de la participation, Michel Beaussart (PS) très opportunément sur place de demander des chaises pour des files qui atteignirent d’une demi-heure à une heure et un peu d’eau pour éviter des deshydrations malencontreuses. Ainsi dit, ainsi fait… même si certains esprits critiques se demanderont s’il revenait vraiment à une des parties prenantes de prêter main-forte. A contrario, bien évidemment, on nous rétorquera que l’autre partie en présence, Klépierre brilla par son absence. Mais sa présence fut-elle réellement requise ? Quoi qu’il en soit, entre messe dominicale et sacro-saint apéro, il y avait foule pour la consultation populaire dans les classes du centre où, groot geluk, on pratique l’immersion… A l’heure de la fermeture des bureaux de vote, l’incertitude était grande mais, pas de doute, quand on interpelle les habitants du "Botroul", ils ne se regardent pas le nombril…