Brabant

Ces pierres sont l'un des derniers vestiges du passé, lorsque Louvain-la-Neuve n'était encore que champs et prairies. La Ferme du Biéreau a stoppé ses activités agricoles en 1972 , mais son corps de logis, ses étables, ses remises et sa grange existent toujours. Une partie de ces bâtiments classés monuments historiques ont été profondément rénovés. La grange et la plupart des dépendances, repeintes et réaménagées, deviendront à partir du 12 octobre un centre culturel à vocation musicale, géré par l'UCL, la Ville et la Communauté française.

Pour l'instant, les ouvriers s'activent encore dans l'ancienne grange aux murs de briques rouges, maintenant parfaitement rejointoyés. Sous la haute charpente de bois apparente, ils terminent les derniers travaux de menuiserie, couvrant le sol en pierre bleue de sciure. «Nous avons utilisé un maximum de bois, placé de la pierre sur le sol, gardé les murs de briques et la charpente, pour conserver le maximum de charme au bâtiment», explique Myriam Hay, chef de bureau technique à la commune. En outre, pour le son, ces matières sont meilleures que du métal. »

Transformer une vieille grange en une salle de spectacle et de concert ultramoderne n'est en effet pas une mince affaire. Le parachèvement à lui seul est évalué à environ 1200000€, subventionnés à 50pc par la Communauté française. Le problème de l'acoustique a lui été pris en compte dès le début de la rénovation, en 2000. «Le toit en ardoise de la ferme laissait passer tous les sons. Nous avons donc installé une double toiture, isolée par une laine de verre, mais aussi par une feuille de plomb. Et dans un espace si haut, les sons ont tendance à s'envoler pour se loger au plafond. Des plaques isolantes, rendues invisibles, ont donc été placées à l'intérieur.»

Juste à côté de la grange, dans une dépendance, où un bar ovale se devine déjà, les ouvriers sont occupés à découper d'étranges demi-cylindres de bois. «Ce sont des abats-sons, qui seront placés en hauteur, sur les balcons, explique Myriam Hay. Ils serviront à réfléchir les vibrations acoustique vers le milieu de la salle.»

Derniers détails conseillés par les acousticiens: les doubles-portes de bois, épaisses d'une dizaine de centimètres, et les fauteuils, choisis recouverts de tissu et rembourrés de mousse pour mieux absorber les sons. La ferme abrite déjà les sanitaires, trois loges comprenant une douche, et un vestiaire. Derrière la scène principale, au sous-sol, un studio d'enregistrement finit d'être aménagé. Et à l'étage, le sol d'une petite pièce de 100 places a été recouvert d'un nouveau parquet de bois, afin de recevoir spectacles de danse et concerts de musique de chambre.

© La Libre Belgique 2005