Brabant

C' est la moindre des choses que de leur consacrer une matinée, alors qu'ils ont passé quatre ans de leur vie à se battre pour notre liberté."

Comme, Paul, 18 ans, Guillaume, Jordan et Frédérique, ainsi que d'autres élèves de l'athénée royal Maurice Carême, étaient présents et se sont impliqués dans les cérémonies de l'armistice, ce samedi 11 novembre à Wavre.

C'est place Bosch que le flambeau a rejoint les anciens combattants et les autorités communales.

Le cortège comptant aussi de nombreux enfants, s'est ensuite dirigé vers le monument aux martyres. Une présence nombreuse de jeunes qui s'explique par le dynamisme des directions des écoles, mais surtout par les démarches d'Antoon Kegelaers.

"J'ai rencontré les directeurs des écoles de Wavre qui se sont montrés enthousiastes, se réjouit le président de l'association des groupements patriotiques de Wavre. Et les enfants ont eux aussi souhaité s'impliquer activement."

Textes et poèmes

Certains enfants avaient en effet écrit des textes et des poèmes et ils ont pris la parole. Comme le confirme Maud : "Nous n'avons pas encore parlé du 11 novembre en classe, mais nous avons décidé d'écrire un poème, afin de dire merci aux anciens combattants, car c'est grâce à eux que nous sommes libres aujourd'hui."

Paul, 18 ans, voulait en plus sensibiliser les autres jeunes : "En montrant l'exemple, nous voulons rappeler aux autres jeunes, qu'il ne faut pas oublier la mémoire de ceux qui se sont battus."

Signes d'espoir

De telles paroles avaient évidemment de quoi réjouir les anciens combattants présents : "Il y a quelques années, ils s'étaient tus, car ils avaient l'impression d'être tombés dans l'oubli, Mais voir ces jeunes participer aux cérémonies, les touche énormément. Ce sont pour eux, des signes évidents d'espoir, d'autant que les anciens sont de moins en moins nombreux. Il y a plus de jeunes que d'anciens, aujourd'hui : la jeunesse a donc repris le flambeau."

© La Libre Belgique 2006