Lasne doit s’attaquer au logement

So. De. Publié le - Mis à jour le

Brabant

A voir le bilan et les perspectives tracés par les cinq listes en lice à Lasne, le logement sera un thème de campagne (voir ci-contre). Autre élément qui contribuera à animer les débats : la présence, sur la liste MR-IC, de deux candidates bourgmestres déclarées. L’actuelle, Brigitte Defalque, tête de liste, et celle qui "poussera", l’échevine Laurence Rotthier. "Une place de combat et non de soutien", a déclaré celle-ci. Elle entend défendre une vision à long terme pour Lasne, et mener une campagne de terrain. Pour l’opposition, les dissensions sont bien présentes au MR : "la majorité souffre d’un handicap lié aux conflits internes incessants qui oblige à s’accorder sur le moins disant plutôt que sur le mieux disant", dit-on chez ALL (Alternative libérale lasnoise), anciens MR. Pour le Renouveau lasnois, au noyau cdH, et emmené par le nouveau venu Philippe Andrianne, "les rivalités paralysantes au sein de l’équipe ont provoqué trop de gestion à la petite semaine sans vision à long terme." Et pour Progrès, liste plurielle issue du PS, "la cause de cette paralysie politique vient sans doute du fait que l’hégémonie écrasante d’une seule famille politique annihile presque complètement le débat démocratique." Au MR, on réfute en interne : "au collège, chacun défend son point de vue, et on se rallie à ce que pense la majorité. Il y a un fond de vérité : il y a des discussions en collège, particulièrement sur les questions d’urbanisme, un sujet sensible partout, mais il y a un consensus : préserver la semi-ruralité de Lasne." Laurence Rotthier aurait déjà été candidate en 2000, même si cela n’avait pas été dit clairement. "C’était au moment de la succession de Thierry Rotthier, son père, note un adversaire . Brigitte Defalque l’avait emporté. Mais l’écart de voix se réduit (Ndlr : en 2006, 1734 contre 1495) "

Qui obtiendra cette fois le plus de voix ? Chacune estime avoir ses soutiens au sein de la liste. Difficile de savoir, au MR-IC qui supporte l’une ou l’autre, mais aucune ne semble isolée. "Dans cette équipe, il manque un bon patron, et Rotthier jouerait bien ce rôle", dit en tous cas un adversaire (des deux). Face aux urnes, Brigitte Defalque peut compter sur la "prime au sortant", son contact aisé avec ses administrés, l’appui d’un parti Sa challenger, qui serait dotée d’une plus grande sensibilité à l’environnement, et davantage électron libre par rapport au MR, peut bénéficier de l’image de son père, Thierry, ancien maïeur et figure marquante à Lasne. Brigitte Defalque doit cependant faire face aux critiques. Un sujet semble émerger dans la campagne : les négociations qu’elle a menées seule pour le rachat de l’édifice de la Table du 15, destiné à devenir le commissariat de la zone de police. Plusieurs sources s’accordent pour dire que la négociation a été plutôt mal menée, notamment en raison du manque d’expérience dans ce domaine de la Lasnoise. Le propriétaire aurait même acheté le bien un peu auparavant pour un million d’euros, le cédant ensuite à la zone pour 1850 000. "Une gaffe. Il y aurait eu moyen de l’avoir bien moins cher", dit l’un. "Il n’y a pas eu de négociation. Le vendeur a fait une bonne affaire" dit un autre. "La négociation, ça a été un peu court. Elle est sortie du bois trop vite, nuance un troisième . Il s’agissait d’éviter la vente publique." Brigitte Defalque répond : "je ne connais pas le prix auquel le vendeur avait acheté le bien, mais il y a eu négociation : il en demandait deux millions ! Le prix n’est pas surfait. Il y avait aussi le potentiel de ce qu’on pouvait en faire." 1850000 euros était en outre le prix estimé officiel, fixé par le receveur, note un proche du dossier. Le président actuel de la zone, Jean Vanderbecken, lui, ajoute : "Vente et transformation comprises, le prix de 2000-2500 euros le m2 est un prix raisonnable. Au total, c’est une bonne affaire pour les trois communes."

Et les autres listes ? Leur crainte : que davantage d’électeurs soient tentés de voter MR pour arbitrer le match Defalque-Rotthier ! En outre, avec les trois sièges de ALL (qui accueillera le FDF), les listes de tendance libérale occupent 20 sièges sur 23. Peu de place donc pour le PS - aucun siège -, pour le cdH (2) ou Ecolo (1). Certains l’expliquent par le système de dévolution des sièges défavorable, et l’assise historique du MR, d’autres par les revenus élevés et l’effet village-dortoir. "Une bonne partie des électeurs n’a pas de vie sociale à Lasne. Et ne connaît rien à la façon dont la commune est gérée. Ils votent donc pour un parti, le MR, comme ils voteraient aux fédérales "

Publicité clickBoxBanner