Brabant

Jodoigne, sa tarte au fromage, son boudin vert... Les automobilistes qui entrent dans la cité de la Gadale connaissent ces panneaux qui vantent les délices de la ville. Reste à voir s'il ne faudra pas les modifier un jour...

Car l'avenir de la tarte au fromage ne dépend actuellement que d'un unique fournisseur : Dominique Noël. Patron depuis sept ans de la boulangerie du Bosquet, l'homme est, depuis trois ans, le dernier porteur du label décerné par la confrérie. "Si je suis le garant d'une tradition ? Peut-être, mais je ne le prends pas comme ça, avoue l'intéressé. Avec la confrérie, c'est un échange de bons procédés. Je leur fournis des tartes respectant scrupuleusement la recette et, dans l'autre sens, ils m'assurent une certaine publicité."

Pourtant, de la tarte au fromage, on en trouve partout. "Mais ce n'est pas celle que nous cherchons à promouvoir, précise Jean Levieux, Grand Bailli. La Blanke Doréye, c'est celle que faisaient nos grands-mères le siècle passé, celle qu'on pouvait trouver dans quasi toutes les chaumières de Jodoigne. Or, les successeurs de nos anciens boulangers labellisés n'ont pas assuré la continuité. Certains ont inversé les proportions, d'autres ont gonflé la tarte avec de la crème fraîche. Enfin, nombreux sont ceux qui ont ajouté des ingrédients (pommes...)."

Du côté du Bosquet, la politique est de varier les plaisirs : la Blanke Doréye côtoie donc des copies modifiées. "Mais, globalement, c'est surtout en hiver que les gens demandent de la tarte au fromage, note Dominique Noël. Il faut dire qu'avec son caractère bourratif, elle passe mieux au coin du feu que sous les arbres pour le goûter."

L'idéal, pour perpétuer au mieux la tradition, serait donc que d'autres boulangers se remettent à respecter à la lettre les consignes de la recette. "Nous ne demandons que ça, avoue Jean Levieux. La méthode est à disposition de tout le monde, professionnels comme particuliers. Il suffit de demander."

Quant à ceux qui douteraient du caractère succulent du mets en question, ils n'ont qu'une seule chose à réaliser : goûter... et savourer.