Brabant

Les dossiers relatifs au moulin Gustot d’Opprebais se suivent. Lors du dernier conseil communal, il avait été décidé de repeindre les murs de l’édifice mais aussi d’enduire les boiseries de produits hydrofuges, fongicides et insecticides afin de les protéger davantage (coût estimé : 19 000 euros).

Et voilà maintenant qu’une de ses ailes s’est envolée, la semaine passée, à cause des grands vents qui ont secoué la région. La première conséquence visible pour la population, outre le manque affiché par le bâtiment, c’est le site qui a été fermé jusqu’à nouvel ordre, suite à un arrêté de police pris par le premier échevin, Joseph Tordoir ; le bourgmestre, Léon Walry, étant absent.

"L’endroit est devenu trop dangereux, explique-t-il. Il suffit de voir les ardoises fichées dans le sol à proximité du moulin "

Il faut dire qu’une partie de la calotte a également été abîmée par Eole, de même que certaines gouttières. A l’intérieur, un axe en métal censé empêcher le mouvement des ailes a été sectionné suite à la pression exercée par ces dernières.

"Nous allons maintenant essayer d’agir au plus vite pour envoyer un nouveau dossier à l’Institut du patrimoine wallon, assure Joseph Tordoir. L’objectif étant de réparer les dégâts aussi tôt que possible et de la manière la moins coûteuse pour la commune. La visite de l’assurance est d’ailleurs prévue ces jours-ci".

Pour rappel, le moulin d’Opprebais a été érigé en 1826. Sa reconstruction par les frères Gustot date de 1850.

La calotte et les ailes ont été restituées en 1961-62. Ce n’est qu’en 1991 que la commue d’Incourt acheta le bien et en termina la restauration en 1996, dans le cadre de son opération de développement rural .