Brabant 3e liste annoncée à Villers : Nicolas Favest se présente au nom du Parti populaire

La liste, à ce stade, n’est pas bien étoffée : celui qui en prendra la tête, Nicolas Favest, n’a réussi qu’à convaincre deux autres candidats dont son épouse de porter les couleurs du PP lors des élections communales d’octobre prochain à Villers-la-Ville. Mais l’homme est déterminé et est certain de déposer une liste dans les semaines qui viennent.

"Beaucoup de gens m’ont déjà demandé de faire de la politique parce que je suis indépendant, que je natif de la région - j’ai habité à Sart-Dames-Avelines à partir de mes six ans et je suis maintenant installé à Marbais - et que je connais pas mal de monde, explique Nicolas Favest. Mais jusqu’à présent, je n’avais pas trouvé de parti dont les idées correspondent aux miennes. Un ami qui est au Parti polaire (PP) m’a conseillé de me renseigner. Et quand je lis les 100 points importants dans le programme du PP, je me dis qu’il y en a au moins 60 qui reviennent tout le temps dans les conversations des gens."

D’où le lancement de cette liste PP qui cherche encore des candidats villersois… Parmi les idées principales défendues par Nicolas Favest figurent le soutien et la mise en valeur des indépendants locaux, davantage de liberté accordée aux enseignants quant au programme scolaire, et la simplification du rapport entre les autorités locales et les citoyens. "Je ne dis pas que ce n’est pas déjà le cas, concède-t-il. Le bourgmestre actuel, je le trouve bien et je sais que les anciens Villersois connaissent bien les gens qui gèrent la commune. Mais ceux qui viennent de l’extérieur ne savent pas trop comment entrer en contact avec eux, il y a un effort à faire pour cela."

Nicolas Favest glisse au passage qu’il n’est pas là pour tout changer : il estime que la politique villersoise va actuellement dans la bonne direction. La future tête de liste PP confesse aussi… n’avoir jamais assisté à un conseil communal ! "Je sais qu’il y a une liste MR et qu’en face, quatre autres partis se regroupent pour mettre l’équipe actuelle dehors. Je pense que c’est une mauvaise idée : ce n’est déjà pas facile de se mettre d’accord au sein d’un parti alors à quatre, je ne comprends pas ce qu’ils peuvent faire…"