Brabant

Molenbeek La répression va prendre de plus en plus d’ampleur dans la commune. Après avoir répondu à un appel d’offres de la Région, Molenbeek va recevoir 60 000 € pour faire l’acquisition de nouvelles caméras en wifi qui pourront retransmettre en direct.

"Outre la partie enregistrement qu’on fait depuis déjà un an et demi, il y aura tout l’aspect de flagrant délit en direct. Tous les gens qu’on n’a pas pu identifier, c’est en partie parce qu’ils n’ont pas pu être appréhendés sur le moment même", explique Olivier Mahy (MR), échevin de la Propreté publique. Le service va donc faire l’acquisition de deux à trois nouvelles caméras.

Les images seront retransmises en direct vers le poste de police qui aura une vue sur les images et qui pourra ainsi contacter les hommes sur le terrain. "Le visionnage d’images en direct sur la voie publique ne peut être fait que par la police. C’est pour ça qu’on est obligé de passer par le dispatching. On placerait une ou deux caméras dans un périmètre et on repère les mouvements suspects, une voiture qui s’arrête ou quelqu’un qui traîne quelque chose de bizarre", précise Olivier Mahy. Les équipes situées dans un périmètre de 150 mètres pourraient ainsi intervenir directement.

L’argent octroyé par la Région permettrait aussi d’acquérir les dispositifs nécessaires pour cacher les caméras. "Quand on fait de la surveillance sur le terrain, il faut être discret. Etre dans une voiture ou au coin d’un arbre, ce n’est pas discret. Il faut être loin, pas en vue, dans une rue parallèle, même. Une des difficultés, c’est aussi de trouver le bon endroit, avec un bon angle pour la caméra, commente l’échevin. C’est ce à quoi on voudrait arriver en 2018." H. G.