Brabant Autorités, riverains et exploitants ont trouvé des accords

Très régulièrement, on entend les gens se plaindre et on ne voit rien changer. À Chaumont-Gistoux, les carrières font partie de la vie de l’entité. Bien sûr, ce type d’entreprise génère de l’emploi local, et c’est important pour de nombreux habitants. Mais il faut aussi le reconnaître, les nuisances d’une telle activité sont également légions…

Alors, pour remédier à cela, les autorités communales ont écouté les griefs de la population et, avec un comité de riverains, elles ont mené une série de réunions avec les différents exploitants. Et contrairement à ce que pourraient croire les mauvaises langues, une fois autour de la table, le dialogue a été constructif et ces séances ont eu pour effet des résultats concrets sur le terrain ! Ces accords sont le fruit de réunions organisées à l’initiative de ARC dès le début 2017 via le bourgmestre Luc Decorte et l’échevin Patrick Lambert.

Celui-ci confirme : "Chaque fois qu’une campagne de concassage (générant nuisances sonores et poussières) ou une activité importante se prépare sur le site des carrières, nous avons négocié et obtenu des exploitants qu’ils nous préviennent systématiquement avant les activités qui présentent ces nuisances. C‘est maintenant généralement respecté, que ce soit pour Viabuild, Valorem, Melin ou Hoslet. À notre tour, nous prévenons les riverains, et parfois ceux-ci sont même directement prévenus par l’exploitant."

L’été, forcément, les désagréments sont plus importants encore avec les poussières, les fenêtres laissées souvent ouvertes dans les habitations… "En période de vacances, nous invitons les carriers à tenir compte de la quiétude des riverains et à organiser leurs activités en créant le moins de nuisances possible, malgré le fait que leur permis d’exploiter permette de démarrer leurs activités tôt dans la journée. De gros efforts ont été consentis par les exploitants depuis deux ans : ils ont changé certaines de leurs habitudes. "

On retrouve, dans les mesures prises, la construction de merlons ou de bassins d’eau pour les roues de camion, mais aussi l’arrosage des matières concassées pour limiter l’impact des poussières. "Si ce n’est pas encore l’idéal, on peut signaler qu’il y a néanmoins de grands progrès par rapport à 2016 et avant… Mais nous attendons encore d’autres progrès dans les deux ans, une fois le permis d’extension accordé. Là, la principale amélioration sera la fin du trafic camions sur la chaussée de Huy, puisque la société Hoslet aura l’obligation de construire une voirie en site propre rejoignant le N243A (et sortie n°10 de E411) et d’y diriger l’intégralité de son trafic camions."