Brabant

La décision de la Région wallonne de réviser les plans de secteurs de Braine-l'Alleud, Chaumont-Gistoux et Louvain-la-Neuve, annoncée le 19 avril, fait des remous. Si l'UCL apporte "tout son soutien" à la mise en oeuvre de cette révision, qui projette le développement d'un Louvain-la-Neuve 2 sur Chaumont-Gistoux et se réjouit de ce nouvel aménagement du territoire "qui facilitera l'installation d'activités commerciales et communautaires, à proximité de la gare RER, de même que la création et le développement d'entreprises, en continuité de la situation existante", il n'en va pas vraiment de même à Chaumont-Gistoux et à Braine-l'Alleud. Vincent Scourneau, le bourgmestre brainois, s'inquiète de ce projet, qu'il affirme avoir découvert dans la presse (LLB 20/04) et à propos de laquelle, dit-il, il n'y a eu "aucune concertation".

Pour rappel, l'idée est de créer un quartier périphérique à la ville au départ de la future gare RER de Braine-l'Alliance. Pour cela, il fallait changer l'affectation de terrains actuellement en zone agricole et les faire passer en zone constructible ou encore en zone d'activité économique. Vincent Scourneau craint de voir ce développement de la périphérie de Braine annihiler le centre-ville. "Je me battrai pour que cela ne se passe pas ! Toute l'histoire de Braine l'Alleud est liée à son centre. L'âme et le coeur d'une ville, c'est son centre... On ne va pas créer quelque chose d'artificiel à la périphérie. Il faut faire les choses dans l'ordre et donc d'abord dynamiser le coeur de la ville. Si je développe la périphérie maintenant, je tue le centre."

Vincent Scourneau tient également à ce que la station RER Braine-l'Alliance reste un arrêt, précisant que la véritable gare devait être celle du centre-ville.

A Chaumont-Gistoux, le collège communal déplore lui aussi la "prise de position quelque peu prématurée" de la Région wallonne. "Notre commune, une fois encore, est considérée comme quantité négligeable !", clame l'échevin Luc Mertens. "Le Ministre André Antoine annonce sans aucune discussion préalable la modification du plan de secteur. Il prend la décision de créer une ZACC (Zone d'Aménagement Communal Concerté)... sans aucune concertation !"

Pour le collège chaumontois, cette décision, qui aurait pour effet de transformer de bonnes terres agricoles en zones à bâtir, ne doit pas faire l'objet d'une décision à l'emporte-pièce. "Les 40 ha de terres agricoles, comme le précise le CWATUP, devront être "récupérées" sur d'autres sites, et celui de la Champtaine, réserve naturelle domaniale, ne peut évidemment pas servir de monnaie d'échange." Même s'il ne se dit pas opposé à tout type d'extension, le collège chaumontois affirme que celle-ci devra se faire en étroite collaboration entre les communes d'Ottignies et de Chaumont-Gistoux, l'UCL et les riverains. Les deux collèges concernés se sont d'ailleurs déjà rencontrés à ce sujet, tandis qu'une réunion est également prévue début mai avec l'UCL. Face à ces réactions diverses, André Antoine parle de méprise.

"Il y a eu une mauvaise compréhension. La Région est en train de lancer la procédure, et nous avons fixé les axes. La concertation va seulement commencer. Il y a déjà eu certains contacts, mais de façon très discrète. La philosophie est d'avoir un dialogue entre les communes et la Région. C'est une opportunité que nous leur proposons. Cette révision concerne des zones d'aménagement communal concerté. Si les communes ne veulent pas les utiliser, les ZACC resteront des zones de réserve. C'est le douanier communal qui décidera."