Brabant La saga du centre d’athlétisme de haut niveau passée au crible des chercheurs du Crisp.

Intéressante iniative que celle du Crisp de se focaliser avec quelque recul sur la saga du Centre de formation pour sportifs de haut niveau qui sort - enfin… - de terre à Louvain-la-Neuve après des années de palabres politiques. Les personnes qui passent régulièrement aux abords du Centre sportif de Blocry peuvent s’en apercevoir de mois en mois : cette fois, l’infrastructure devient réalité et même si la voilure a été réduite, il ne fait pas de doute que ce sera un bon et bel outil pour susciter pas mal de petites Nafissatou Thiam et de Borlée(s) masculins comme féminins.

Reste qu’on vient de très loin comme le montre Jérôme Defosse dans un Courrier hebdomadaire du Centre de recherche et d’information socio-politiques…

Manque de cohésion politique et communautaire

Il en ressort en tout cas une fâcheuse impression de manque de cohésion communautaire en matière sportive - puisque depuis le début de la fédéralisation du pays il fut décidé de communautariser le sport.

Mais il y a pire : c’est l’intrusion de l’idéologie politico-sociale qui a fait capoter pas mal de perspectives puisqu’on a tergiversé pendant des décennies sur le fait d’investir ou non dans le sport de haut niveau plutôt que dans le seul sport pour tous qui ne peut, évidemment, que surfer sur la présence d’athlètes de haut niveau. Ajoutons à cela des intérêts politiques régionaux et sous-régionaux qui ont bloqué de manière récurrente le dossier et on a vite fait de penser au très mauvais "soap-opera" de l’arrivée du RER ou dans le secteur sportif de l’avortement du projet de stade national à Bruxelles… Il y eut d’abord une concurrence féroce entre Louvain-la-Neuve, Liège et Mons mais on assista aussi à des luttes internes brabançonnes wallones inimaginables. D’une autre époque puisque le non-dit consistait à ne pas doter LLN du centre pour des raisons philosophiques qui ne devraient plus être de ce temps ! Defosse dépiaute bien tous ces enjeux en soulignant notamment le rôle majeur joué par André Antoine (CDH). Une analyse qui vient à son heure…Christian Laporte

Renseignements : www.crisp.be ou 02/211.01.80