Brabant

Ce jeudi, une centaine d’étudiants s’est donné rendez-vous, vers 12 h 45, après leurs cours du matin pour “une marche pour des droits égaux”

À la manœuvre, on retrouvait plusieurs associations néolouvanistes dont l’AGL. Lorena Martinez faisait partie du cortège. Pour rappel, l’étudiante a été agressée par un faux technicien de l’UCL il y a quelques jours.

Les initiateurs estimaient, entre autres, que lors d’agressions, “l’UCL ne réalisait pas de travail de prévention en amont”. Alors, vrai ou faux ? “Pour nous, une agression, c’est déjà une agression de trop, estime Florence Vanderstichelen, directrice du Service d’aide aux étudiants. Dans le cas de Lorena, l’étudiante a été reçue par les services sécurités de l’UCL, par le vice-recteur Didier Lambert et reçue par le service social. On ne peut pas dire que rien n’a été fait.”

Sur les politiques de fond, l’université promet un large plan d’actions concrètes. “Nous allons renforcer notre page internet avec des onglets spécifiques pour les victimes. Nous espérons mettre en place des personnes de confiance avec les étudiants comme cela se fait avec notre personnel. Un guide pratique sera également mis à disposition de tous les étudiants du campus”, a indiqué Tania Venhemelkyck, conseillère du recteur pour la politique du Genre. Notons que ce plan n’a pas été décidé par les Autorités après la médiatisation de l’agression de Lorena. Ce programme a été pensé et réfléchit avant les faits.