Brabant

Les discussions ont été menées en toute discrétion depuis plus d’un an, et l’examen approfondi de l’opération par les bureaux exécutifs et les directions a démontré que c’était faisable : hier, dans un communiqué conjoint, les présidents des sections MR et PS du Brabant wallon ont annoncé la fusion de l’Intercommunale du Brabant wallon (IBW) et de l’Intercommunale des eaux du centre du Brabant wallon (IECBW).

Pas pour tout de suite toutefois : il faut que les deux assemblées générales et les deux conseils d’administration donnent leur feu vert dans les prochains mois, et que les conseils communaux (les 27 communes de la Jeune Province composent l’IBW mais l’IECBW ne travaille que dans 12 communes) marquent leur accord.

Mais on ne traînera pas non plus : la fusion des deux intercommunales en une nouvelle entité dont le nom n’a pas encore été décidé devrait être effective dès janvier 2018.

D’après le président du MR brabançon wallon Jean-Paul Wahl, attendre les prochaines élections et l’installation des nouveaux collèges communaux aurait pu faire perdre deux ans au processus. "Il n’y a pas de raison d’attendre, et dans le contexte actuel, même si on n’assiste pas en Brabant wallon à ce qui se passe dans d’autres provinces, la fusion des deux intercommunales n’est pas un mauvais signal", appuie le président de la fédération PS, Dimitri Legasse.

Les deux hommes soulignent que les discussions ont été entamées bien avant l’éclatement du scandale Publifin. "En Brabant wallon, nous avons toujours voulu minimiser le nombre d’institutions, confirme Jean-Paul Wahl. L’idée de cette fusion est plutôt d’augmenter la qualité des services rendus aux communes et aux citoyens, les compétences des deux intercommunales étant assez cohérentes."

Pas question non plus de perte d’emplois : c’est un engagement des initiateurs. De facto, le nombre de poste d’administrateurs sera réduit : actuellement, il y en a 25 à l’IECBW et 30 à l’IBW. Le conseil d’administration de la nouvelle structure ne dépassera sans doute pas 30 membres.