Brabant A terme, ce sont 1 200 emplois qui devraient être créés au sein du Nivaxis.

En 1972, la Formule 1 du Brésilien Emerson Fittipaldi a passé en première position la ligne d’arrivée du circuit automobile de Baulers. Et en 1980, c’est un autre Brésilien, Ayrton Senna, qui y disputait les championnats du monde de karting.

Depuis, le circuit automobile a connu de longues années d’abandon. Mais aujourd’hui, le circuit se transforme progressivement en une zone d’activité économique et la société qui a lancé l’Axis Parc de Mont-Saint-Guibert est en train d’y dupliquer sa recette du succès.

Un investissement de 50 millions d’euros

Le départ a pourtant connu quelques ratés. Orchidées sauvages et libellules rares ont forcé le promoteur à adapter ses plans pour mieux préserver la nature, qui avait repris ses droits sur le site… "C’est un petit accroc qui nous a fait perdre un an , explique l’administrateur-délégué de Nivaxis, Henry Fischgrund. Mais aujourd’hui, le développement se passe mieux que prévu. Nous avons construit quatre bâtiments dont trois sont terminés et, au mois de septembre, nous commençons la construction du centre de services. Il y a aussi la salle d’escalade, qui fait partie du projet et est en cours de construction. En automne, nous déposerons la demande pour quatre bâtiments supplémentaires."

Comme les autres constructions du projet, ils n’accueilleront que des bureaux. Il ne restera ensuite plus que trois bâtiments pour achever le programme en entier.

Le centre de services est un business center qui, comme à Mont-Saint-Guibert, proposera aux sociétés et travailleurs du site des salles de réunion, de l’Horeca… Construit sur des terrains cédés par l’intercommunale du Brabant wallon (InBW) dans le cadre d’un partenariat, il est en théorie déjà rempli. A l’instar de celui l’Axis Parc, on y trouvera également un lieu de coworking.

Quand l’ensemble du projet Nivaxis sera achevé, environ 25 000 m² de bureaux devraient fournir environ 1 200 emplois. Cela représente un investissement privé d’environ 50 millions d’euros. "De grandes sociétés se sont déjà établies sur place et d’autres vont arriver. La situation est idéale, tout près de l’autoroute, mais il y a surtout un réel manque de bureaux dans la région. Un de nos atouts est également la facilité de parking."