Brabant Deux autres radars fixes devraient suivre dans les prochaines semaines.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, il n’existait jusqu’ici aucun radar fixe sur le territoire de la zone de police de Nivelles-Genappe. Pas parce que les automobilistes y étaient particulièrement respectueux des limitations de vitesse : pas moins de 35 236 conducteurs aux pieds sans doute trop lourds avaient été sanctionnés, en 2017, par des radars mobiles.

Un chiffre en hausse quasi constante depuis 10 ans et qui a sans doute influencé les responsables de la zone de police dans leur décision de placer des radars fixes sur le territoire de Nivelles et Genappe. "Auparavant, j’étais un peu réticent à l’installation de tels radars car je craignais une augmentation des P.-V., nous confiait récemment le chef de corps Pascal Neyman. Or, la politique chez nous est que chaque P.-V. devait être poursuivi. Je craignais que le parquet de Nivelles ne puisse pas absorber le surplus."

D’autant plus que le coût d’un tel dispositif n’était pas négligeable : on parle de 75 000 euros par radar. Mais les expériences dans les autres zones de police ont finalement convaincu le chef de corps de l’intérêt de ce type de dispositif. "Et même si les automobilistes finissent par connaître leur lieu d’implantation et freinent juste avant, cela entraîne déjà une diminution de la vitesse à cet endroit."

Deux des radars seront installés dans les prochaines semaines à hauteur du Colruyt de Nivelles, sur la chaussée de Bruxelles (N27), et l’autre sur la N237 à hauteur de Fonteny, à Genappe.

Le troisième, lui, vient d’être installé sur la chaussée de Charleroi à Genappe. Il s’agit donc officiellement du premier radar fixe installé dans la zone de police.

Le choix des lieux sécurisés par la présence de ces dispositifs n’est pas anodin : ils ont été placés dans les rues les plus sujettes aux excès de vitesse (routes gérées par la police fédérale exceptées) ou dans les zones urbaines où une vitesse excessive augmente les risques pour les usagers faibles.

Parmi les routes à risques, la N27 fait partie des dix routes où il y a le plus d’excès de vitesse à Nivelles. Idem pour la N237 et la chaussée de Charleroi à Genappe. Dans un futur relativement proche, trois autres radars devraient arriver dans la zone de police : un sur la N27 à hauteur de la ferme de l’Hostellerie à Nivelles, dans le centre de Bousval (N237), dans la traversée d’Houtain-le-Val (N93) et dans la traversée de Glabais (N271).

Au vu de l’actualité récente, la commune de Genappe plaidera également auprès du SPW pour l’installation d’un radar sur la N5 à hauteur du carrefour de l’arbre Sainte-Anne.