Brabant

Il y a quelques semaines, la présidente du CPAS de Chaumont-Gistoux, Natacha Verstraeten (PS), avait soumis l’idée de la création d’une maison de repos commune à Beauvechain, Grez-Doiceau, Incourt et Chaumont-Gistoux. Si le projet n’en est qu’à ses premières escarmouches, il est néanmoins suivi avec attention par les conseillers provinciaux du Brabant wallon.

Notamment dans le chef de la députée en charge des Affaires sociales, Françoise-Florence Michel (MR). Répondant aux questions de Dominique De Troyer (PS) et Benoît Thoreau (CDH), elle applaudit l’initiative. "Nous saluons le projet dans lequel les quatre communes se sont engagées et saluons l’initiative de Chaumont-Gistoux , assure-t-elle. Cette idée répond à un réel besoin." La députée provinciale déplore cependant qu’aucune demande de soutien dans le cadre de création de maison de repos ou de maison de repos et de soins ne soit parvenue à la province. "Je peux assurer que, comme nous l’avons fait pour le projet de centre de référence pour le surendettement, nous examinerions avec attention et bienveillance toute demande d’intervention provinciale dans un projet d’infrastructure pour personnes âgées, à vocation supracommunale." Un appel du pied donc lancé envers les différents promoteurs. Car, à l’heure actuelle, le nombre de maison de repos est loin de répondre aux besoins. La Jeune Province se fait en effet de plus en plus vieille. On est ainsi passé de 21 à 51 centenaires entre 2001 et 2010 mais les places d’accueil pour personnes âgées restent limitées.

En Brabant wallon, on ne recense en effet que 58 maisons de repos, pour 712 pour l’ensemble de la Wallonie. Ce qui représente 4 494 lits sur les 51 721 disponibles en Région wallonne. "Cela veut donc dire que nous avons seulement 11,7 lits pour 1 000 habitants en Brabant wallon , déplore le conseiller provincial Benoît Thoreau. En Wallonie, le chiffre passe à 14,6 lits pour 1 000 habitants. Notre province est donc sous-équipée par rapport au reste de la Wallonie. Et c’est sans compter sur les évolutions démographiques des prochaines années."

De son côté, le député provincial en charge du Logement, Mathieu Michel, tient à rappeler que la province intervient déjà dans certains frais d’adaptation des logements privés des personnes âgées et qu’un budget provincial a récemment été débloqué pour soutenir les initiatives prises par les communes et les CPAS en matière de projets publics de logement. "Cela a permis la création de 13 unités de vie sous forme de résidence-service sociale à Jodoigne , explique-t-il. Et la province reste ouverte à d’autres projets."