Brabant L’enquête publique durera jusqu’au 30 novembre prochain.

Au mois de mars dernier, le fonds d’investissement Gingko avait organisé une réunion d’information pour présenter son tout nouveau projet immobilier, qui devait prendre place à proximité immédiate de la ferme de la Balbrière, le long de la rue du Corbeau. Avec bon espoir de pouvoir introduire une demande de permis avant la fin du premier semestre.

Celle-ci désormais introduite, c’est l’enquête publique qui vient de démarrer. Et elle se poursuivra jusqu’au 30 novembre prochain. L’objectif des promoteurs est de proposer les premiers logements à la vente d’ici un an et ainsi mettre un terme à ce qui s’apparentait de plus en plus à une véritable verrue urbanistique dans le paysage ottintois.

Il faut dire que le projet initial a vu le jour il y a une bonne vingtaine d’années. A l’époque, la société Aximo avait racheté une ancienne sablière dont l’exploitation avait eu lieu entre 1970 et 1977. Près de 300 000 m³ de sable avaient pu être extraits de ce site de 10,8 hectares. Le trou béant avait ensuite été comblé par des déchets inertes et agricoles, sous 1,5 mètre de limon.

Après le rachat du site, Aximo projetait d’urbaniser les lieux et avait même reçu un permis de lotir. Le site avait ensuite été viabilisé avec la création d’une route, la pose de l’égouttage et l’approvisionnement en électricité. Mais des tensions internes avaient finalement contraint Aximo à renoncer au projet. Et la commercialisation des lots n’avait jamais pu avoir lieu.

Depuis, les lieux auparavant paisibles étaient utilisés comme terrain de cross par des motards et quadistes. Au plus grand dam des habitants du quartier voisin, victimes de nombreuses nuisances.

Création de Niches à Hirondelles

Aujourd’hui, Gingko y envisage la création de 20 maisons unifamiliales de 160 à 180 m² sur des terrains allant de 9 à 18 ares, ainsi que de quatre blocs d’immeubles pour un total de 24 appartements. Soit 44 logements sur 4,6 hectares.

Le solde du terrain - soit 6,2 hectares - restera en zone verte, forestière ou en zone d’équipement public et communautaire. Ce grand parc sera aménagé pour permettre aux riverains d’en profiter tandis que des niches à hirondelles seront créées dans les talus pour permettre leur retour sur un site qu’elles ont déserté depuis l’exploitation de la sablière.