Brabant La Région wallonne va intervenir dans le dossier; la volonté politique se fait attendre.

Pour ne pas couler le dossier sur l’avenir des piscines de Blocry, son conseil d’administration a décidé hier de lancer une dernière bouée à la Région wallonne pour tenter de gonfler les subsides nécessaires. Car pour le moment, les 2,3 millions d’euros prévus par la Fédération Wallonie-Bruxelles (en charge des Sports) sont jugés "insuffisants" pour la construction d’un nouveau bassin olympique.

Dans ce cas de figure, la quote-part des trois copropriétaires avoisine les 3,3 millions d’euros chacun. À l’inverse, pour rénover les piscines existantes, la quote-part s’élève à 2,4 millions par copropriétaire. Pour obtenir des subsides supplémentaires, le CA a donc décidé de transmettre les deux dossiers à la Région wallonne et son Ministre Pierre-Yves Dermagne en charge des infrastructures sportives.

La Ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve est aux commandes. Le Collège communal doit dès demain rentrer les deux dossiers à la Région. La tutelle régionale examinera les deux projets et déterminera le montant des subsides octroyés pour une rénovation et ceux prévus pour une construction. Dès que la Région wallonne aura tranché, le dossier retourne à la case "Blocry." Les quinze administrateurs devront alors trancher pour l’une des deux options envisagées.

La Ville et l’UCL ont rappelé aux ministres leur préférence pour la construction d’un bassin aux normes olympiques. Un membre chuchotait même : "s’il y a une volonté politique, on aura le bassin de 50 mètres. Mais pour cela, il faut que la volonté devienne une réalité."