Brabant Les libéraux ont interpellé l’échevin Ecolo en charge de la mobilité.

La coupe semble pleine pour les automobilistes ottintois et des environs, et il ne se passe plus un jour sans qu’ils ne se plaignent de l’agencement des travaux. Notamment sur les réseaux sociaux.

A tel point que les conseillers Cédric Jacquet et Dominique Bidoul (OLLN 2.0) se sont emparés du dossier et ont déposé un addendum lors du conseil communal, mardi dernier.

Les deux conseillers libéraux de l’opposition ont demandé une clarification sur la coordination des chantiers et les plans de déviation. "Ce n’est pas une surprise de vous signaler qu’il y a en ce moment de gros problèmes de mobilité dans le centre d’Ottignies, souligne d’emblée Cédric Jacquet. Vous effectuez deux chantiers importants au même moment. Or, le chantier de la rue des Deux Ponts est prévu depuis quatre ans et celui du carrefour de l’Europe, depuis un an et demi. Comment se fait-il qu’aujourd’hui, les deux zones de travaux se réalisent en même temps ?"

Deux tutelles différentes

David da Câmara Gomes (Ecolo), échevin en charge de la Mobilité, a d’abord rappelé que les deux chantiers étaient pris en charge par des tutelles différentes. L’un par la commune, l’autre par le Service public de Wallonie (SPW). "Nous aurions dû attendre que le SPW commence son chantier avant d’entamer la rue des Deux Ponts ?, rétorque l’échevin. Ce chantier, débuté le 3 avril dernier, avait été prévu en fonction d’un calendrier où l’on bénéficie de beaucoup de congés et donc de moins de trafic. Pour ce chantier, c’est notre planning qui a été appliqué. Or, le SPW a lui aussi imposé son planning pour les travaux à sa charge."

Personne sur le chantier

Ce double chantier serait donc le fruit du hasard du calendrier. Le conseiller Dominique Bidoul (OLLN 2.0) a aussi tenu à interpeller le collège sur le peu d’activité sur le chantier. "Qui est sur le chantier ? Le grutier et le fils du patron qui donne des ordres. Et personne d’autre ! De plus, j’ai appris que sur les 30 raccordements d’égouts prévus, seuls cinq étaient déjà réalisés. J’aimerais que le collège contrôle un peu mieux ce que fait l’entrepreneur."