Brabant

L’autre facteur qui interpelle particulièrement les autorités communales et policières d’Ottignies-LLN, c’est la hausse des faits délictuels ou criminels sur le territoire de Louvain-la-Neuve, une fois la nuit venue. Ainsi, 55 % des interventions de la police l’an dernier ont été réalisées dans la cité universitaire. Soit 2 086 faits au total. Et selon les statistiques de la police ottintoise, c’est principalement entre 23 h et 2 h du matin que ces faits ont eu lieu.

Pas moins de 143 faits de coups et blessures ont été recensés l’an dernier à Louvain-la-Neuve. Mais là aussi, il y a un chiffre noir constitué de personnes souvent alcoolisées qui ne portent pas plainte après avoir été impliquées dans une bagarre.

Des soirées estudiantines nombreuses

Mais ce sont surtout les faits de tapages nocturnes qui sont problématiques sur le sol universitaire, où les soirées estudiantines sont nombreuses. L’an dernier, un peu plus de 800 appels ont été passés au commissariat pour dénoncer de tels tapages, dont plus de 600 rien qu’à Louvain-la-Neuve. "Un chiffre en dessous de la réalité, précise le bourgmestre Jean-Luc Roland. Lorsque des patrouilles spécialement dédiées à la chasse aux tapages nocturnes étaient organisées, les policiers constataient près de 50 faits de tapages là où seulement cinq plaintes étaient déposées par des habitants ou étudiants de Louvain-la-Neuve."

Le bourgmestre avait décidé, en 2016, de réagir face à la situation. Et après une phase de prévention qui n’a guère fonctionné, on est passé à la répression. L’an dernier, pas moins de 162 sanctions administratives communales ont été dressées. Soit cinq fois plus qu’en 2014.