Brabant

Une belle initiative populaire se retrouve entachée par les abus.

Lorsqu'ils ont décidé d'ouvrir un frigo solidaire à Waterloo, Pierre Chaudoir et sa femme Véronique n'auraient jamais pensé qu'il y aurait autant d'abus. L'idée première de ce projet était de permettre aux plus démunis de se servir dans un frigo ouvert 24h/24 et alimenté par des bénévoles ou par les invendus des commerces. Ces personnes pouvaient manger à leur faim sans devoir débourser de l'argent qu'ils n'avaient pas. Malheureusement, le couple a vite remarqué que c'était toujours les mêmes qui se servaient dans le frigo.

"Ce genre de problèmes touchent la plupart des frigos de Bruxelles et de Wallonie. Nous avons remarqué que certaines personnes attendaient l'arrivée des bénévoles qui remplissaient le frigo pour se servir abondamment et le vider complètement à peine 10 minutes après qu'il ait été rempli. De même, plusieurs personnes venaient se servir 4 à 5 fois par jour. Il était évident pour nous que quelques-uns faisaient du recel de nourriture", nous explique Pierre Chaudoir.

Les mises en garde des bénévoles postés aux alentours du frigo n'ont pas suffi à faire arrêter ces pratiques.

"Une minorité a gâché le travail d'une quarantaine de bénévoles. Ce n'est pas facile pour nous non plus. Nous nous sommes beaucoup investis dans ce projet et tous ces abus nous ont dégoûtés", continue-t-il. 

Déçus, les bénévoles se sont quand même réunis ce mercredi pour tenter de trouver une solution et faire revivre leur projet tel qu'il devait être à l'origine. 

"Mais nous avons finalement opté pour une solution qui trahit un peu le concept du frigo en libre-service mais nous n'avions pas le choix".

Il a été décidé de placer le frigo dans un lieu fermé, ouvert de 10h à 22h, non plus toute la journée. Des bénévoles seront présents pour réceptionner les vivres ou pour les distribuer équitablement à toute personne venant en chercher. "Cela renforcera les contacts humains", relativise-t-il.

Sur le parking du club de tennis de Waterloo, sur le boulevard Henri Rolin, un simple panneau remplacera le frigo. Les personnes souhaitant déposer ou retirer de la nourriture seront invités à composer l'un des deux numéros inscrits sur la pancarte pour se rendre au local. Pierre Chaudoir précise d'emblée que les vivres pourront être déposés à "deux minutes à pied ou à 30 secondes en voiture". Pas question de décourager les personnes généreuses en leur faisant faire des kilomètres de plus.