Brabant L’ancien maïeur de Rixensart sera de nouveau candidat en octobre.

Son engagement récurrent pour Rixensart et plus particulièrement encore pour Rosières,"son" village aurait dû mettre la puce à l’oreille des observateurs politiques !

Après six ans d’absence du conseil communal, Michel Coenraets, ancien maïeur de Rixensart qui est aussi sénateur honoraire, remonte sur le ring politique avec le groupe Proximité. Ce dernier mouvement se présente comme le seul groupement véritablement citoyen, donc apolitique par définition, à se présenter trois fois de suite en Wallonie au suffrage des électeurs. S’il a obtenu 3 sièges à chaque élection communale, il peut nourrir l’espoir de se renforcer avec le retour de Michel Coenraets.

La nouvelle a été annoncée jeudi soir lors de la réunion plénière. Six ans après avoir quitté le conseil communal et après 47 ans de vie communale débutée par hasard lors de sa première élection dans son village natal de Rosières en 1964, l’industriel créateur de plusieurs entreprises qui présida aussi l’UWE s’état récemment remobilisé pour le presbytère de Rosières ! Et voilà qu’il se soucie aussi de la mise en place par la commune d’un projet ancien et très attendu de sécurisation des abords de l’école de Rosières.

Favoriser plus de participation

Michel Coenraets se dit inquiet face à ce projet qui pourrait mettre en péril les fondations de l’église. "La nouvelle sortie d’autoroute occuperait largement les jardins de la Ferme de l’Eglise, la maison paroissiale que nous avions rénovée et mise à la disposition du public depuis 2002, et aussi, la grande partie du jardin espace de jeux des mouvements de jeunesse,…

Pour nous ce projet est très coûteux et inutile voire destructeur ! Et comme si ça ne suffisait pas, le collège présente aussi à l’enquête publique un projet de construction dans un quartier tranquille du village de 7 logements, avec possibilité de 12 de plus, alors que la zone en prévoit un maximum de trois…."

Si Michel Coenraets repart au front électoral local, c’est aussi parce qu’il remet en cause le travail du collège local actuel qui ne tient guère compte - un euphémisme - des avis de la population alors que les pétitions vont bon train.

"Seules les interventions du groupe Proximité rappellent la majorité à ses devoirs. C’est en ressentant cette réalité que j’ai entendu de nombreux appels à représenter ma candidature."

Finalement M. Coenraets a décidé de franchir le pas alors qu’il fêtera ses 86 printemps à la veille du scrutin communal ! "Après de multiples échanges et réflexions avec mon épouse qui me porte depuis presque 60 ans et aussi avec les conseillers et animateurs de Proximité, son fondateur Etienne Dubuisson en tête, j’ai finalement décidé d’accepter…"