Brabant En cinq ans, le prix a augmenté de 38,9 % au sein de la Jeune Province.

Etre agriculteur en Brabant wallon, c’est loin d’être un long fleuve tranquille. Si le nombre d’exploitations agricoles a chuté ces dernières années, trouver un terrain (à un prix raisonnable) est aussi devenu un véritable casse-tête pour les agriculteurs. "Pour un jeune, c’est presque impossible d’ouvrir une exploitation agricole", expliquait il y a quelques jours André Antoine, faisant référence à la taille toujours plus grande des exploitations et au prix toujours plus élevé des surfaces disponibles.

Et ce n’est pas le premier baromètre des notaires sur le marché des terres agricoles en Belgique qui contredira le président du parlement wallon. En effet, celui-ci met, dans un premier temps, en exergue le prix moyen par hectare. Si la Wallonie est bien en dessous des prix pratiqués en Flandre, on se retrouve tout de même avec d’importants écarts entre les 27 000 euros par hectare en région liégeoise et les 39 000 euros pratiqués au sein de la Jeune Province, qui est tout simplement la plus chère de Wallonie !

Mais ce qui est encore plus inquiétant, c’est la hausse perpétuelle du prix des parcelles agricoles en Brabant wallon. Si ce prix a évolué à la hausse dans toutes les provinces de Wallonie (en règle générale entre 15,2 % dans le Hainaut et 28,6 % dans le Namurois), c’est encore au sein de la Jeune Province que cette hausse a de quoi donner le tournis : + 38,9 % ! Une parcelle de terrain vaut en moyenne, par hectare, 11 000 euros de plus aujourd’hui qu’en 2013 ! Compte tenu de l’inflation de 8 % sur cette période, c’est la seule province wallonne qui a enregistré une croissance supérieure à 30 %.

On l’aura compris : pour être agriculteur en Brabant wallon, il faut faire preuve de courage et de volonté, ce qui donne d’ailleurs encore plus de crédit à toutes ces personnes qui travaillent la terre comme personne en Brabant wallon.