Brabant La liste d’union non communautaire entend bien continuer à jeter des ponts.

Retour sur les élections communales dans la périphérie bruxelloise, le "Rand" dans une commune sans facilités : Tervuren… Elle compte actuellement 27 conseillers, issus de cinq listes. Face à une majorité N-VA, CD&V et Groen + se retrouve une opposition composée de l’Open Vld et de Tervuren Unie (quatre conseillers).

Un quart de la population est non belge et très diverse avec quelque 113 nationalités. En même temps, un tiers des habitants de Tervuren sont francophones.

Face à cette double réalité, Tervuren Unie est une liste d’intérêts communaux totalement indépendante qui œuvre pour la reconnaissance de la diversité culturelle de la commune.

Une belle démarche d’ouverture

Légaliste, elle respecte les lois linguistiques tout en défendant la liberté de chacun de vivre et s’épanouir socialement dans sa culture et sa langue. Animée par Serge Liesenborghs (conseiller CPAS et 3e candidat), la liste est tirée par Geoffroy de Schaetzen et poussée par Benoît Valentin, conseillers sortants.

"Nos candidats sont principalement non néerlandophones mais notre liste s’adresse à tous et sa communication publique est donc au moins bilingue", explique Serge Liesenborghs. Objectif ? Briser le carcan communautaire en proposant un projet d’union et de pluralité culturelle. Logique pour une entité voisine de Bruxelles mais hors du canton Hal-Vilvorde...

Les commerçants locaux sous pression

"Un beau défi pour une liste ouverte qui respecte rigoureusement les lois linguistiques face à une commune trop zélée, avec un bourgmestre N-VA Jan Spooren qui encourage régulièrement les commerçants à n’utiliser que le néerlandais dans leurs contacts avec la clientèle." Cela a amené Tervuren Unie à représenter une liste (internationale !) d’intérêts communaux. Et Serge Liesenborghs d’ajouter que "résolument tournée vers l’avenir au lieu d’être revancharde, Tervuren Unie propose l’utopie de la prise en compte de la diversité culturelle de la commune en intégrant le principe qu’un citoyen néerlandophone est égal à tout autre citoyen s’exprimant dans une autre langue…" C’est pourquoi la communication de Tervuren Unie se fait dans le respect absolu de la loi et autant que possible dans la langue des citoyens. "Tervuren Unie cherche donc à rassembler, non à diviser, basant sa conviction sur le fait que les rapports entre citoyens sont généralement harmonieux, quel que soit le sabir choisi pour communiquer."

Une liste non communautaire donc, puisque bilingue. Et un projet très "belge" et pour le moins fédéraliste mais d’union…