Brabant Le groupe OLLN 2.0 fustige la sortie de l’échevin du commerce sur le site Philipps.

En juin dernier, une demande de permis pour réaménager le site de l’ancienne usine Philips, en face de Walibi, a été introduite auprès du collège communal de Wavre. Les communes voisines, dont Ottignies-LLN, devaient rendre un avis sur ce nouvel aménagement.

"Aberration"

Le collège communal d’Ottignies-LLN (Ecolo-CDH-PS) avait rendu un avis défavorable sur la question. Dans la foulée, l’échevin du commerce, Cédric du Monceau (CDH) y voyait "une aberration commerciale et le manque d’une vision pour un bon aménagement du territoire ainsi qu’une contradiction avec l’opposition que la ville de Wavre avait faite à la création d’une extension de l’Esplanade." Et d’ajouter : "exigeons aussi une consultation populaire à Wavre".

Une goutte d’eau qui fait sortir l’opposition de ses gonds. La minorité libérale ottintoise (OLLN 2.0 - MR), s’est dit "étonnée" de la sortie de l’échevin du commerce et de l’urbanisme. "Où est passée l’attention pour nos commerçants de notre Premier Échevin, il y a trois ans, quand le Collège communal d’Ottignies-LLN a octroyé à l’unanimité le permis socio-économique pour l’extension de l’Esplanade cela sans étude ni réflexions préalables ?" indique le parti politique dans un communiqué.

Manque "d’autocritique"

"Où est passée cette volonté de consultation, il y a trois ans, lorsque ce permis socio-économique a été attribué en toute discrétion et sans aucune information aux habitants et aux commerçants ? C’est notre groupe qui a dû batailler ferme pour que la majorité accepte d’organiser une telle consultation populaire sur l’extension de l’Esplanade. Si la critique est facile et prompte quand il s’agit d’une commune voisine, l’autocritique semble avoir pris quelques vacances chez certains", poursuivent les libéraux.

Enfin, l’oppositiond’Ottignies-Louvain-la-Neuve (OLLN 2.0 - MR) en profite pour lui rappeler que "les commerçants d’Ottignies continuent de souffrir aujourd’hui à la suite des travaux à répétition et coordonnés de façon désastreuse par la majorité communale."