Brabant Des premiers contrats de salariés sont attribués dans le cadre d’un projet pilote.

Depuis les années 2000, le nombre d’accueillantes conventionnées a diminué de moitié en Brabant wallon. Elles sont aujourd’hui moins de 200 pour les 27 communes alors que la population augmente sans cesse et que peu de ménages peuvent se payer le luxe, vu les prix de l’immobilier notamment, de ne pas travailler à deux.

Un statut attractif

La cause de cette baisse du nombre d’accueillantes : un statut assez précaire. Elles ne sont pas payées, par exemple, si un enfant qu’elles gardent est malade, ou en vacances. Alors qu’en même temps, les exigences pour exercer cette fonction sont élevées.

En 2014, une coordination des services d’accueillantes conventionnées du Brabant wallon avait tiré la sonnette d’alarme et exigé que la situation évolue favorablement. Il a fallu un peu de temps mais le message a été entendu : un projet pilote a été mis sur pied par la Fédération Wallonie-Bruxelles et il consiste, pour faire bref, à octroyer en 2018 et 2019 des contrats de travailleuses à domicile aux accueillantes.

Un contrat, cela veut dire un salaire fixe, des congés légaux, des primes, un pécule de vacances… Bref, un vrai statut enfin attractif. "On demandait aux candidates d’être des professionnelles et maintenant, on peut aussi leur offrir un statut de professionnelles. Cette non-reconnaissance n’était pas logique, explique Aurélie Gaziaux, de l’ISBW. Cela permettra de recruter et de toucher d’autres profils : des jeunes qui cherchent un contrat de travail, des mamans célibataires qui veulent la sécurité d’un revenu fixe…"

400 contrats

Le projet pilote prévoit l’octroi de 400 contrats en Fédération Wallonie-Bruxelles cette année et il y a eu… 724 candidatures. Sur les 22 postes à pourvoir en Brabant wallon, 18 dossiers ont déjà été retenus.

Le secteur doute qu’il y ait un retour en arrière après ce projet pilote mais s’inquiète en revanche pour les accueillantes qui exercent dans le cadre d’un co-accueil et qui n’ont pas le droit à ce contrat de travail à domicile, puisqu’elles ne travaillent pas chez elle mais dans un lieu mis à disposition. En Brabant wallon, cela représente 232 places, soit 4,5 % du total des places existantes…