Brabant Une vague de vols de motocross sévit en BW. La psychose s’installe chez les revendeurs.

Le parquet et la police ont pris le dossier très au sérieux. Ces dernières semaines, trois concessionnaires de motos de cross, spécialisés dans la marque KTM, ont été victimes de cambriolages d’une rare violence.

Le dernier en date remonte à jeudi dernier à Genappe. Comme à Wavre début mars et à Grez-Doiceau mi-février, les cambrioleurs, encagoulés, gantés et armés, ont défoncé la façade de l’établissement et embarqué, en quelques minutes à peine, des motocross de type KTM. Vu leur rapidité, les voleurs semblaient avoir planifié leur vol bien à l’avance.

La peur traverse aussi les frontières provinciales

Ces trois faits divers hantent désormais d’autres concessionnaires chez qui une certaine psychose s’installe. C’est le cas chez Charles Depas, qui tient un magasin à Lillois. "Je prie pour ne pas être le prochain, confie le concessionnaire. En dix ans, j’ai déjà été cambriolé trois fois. Les assurances m’ont alors fortement encouragé à renforcer ma sécurité. Par exemple, j’ai installé du triple vitrage. Malheureusement, si une voiture venait à foncer dans la vitrine, je ne suis pas sûr qu’elle résisterait. Après ces cambriolages chez mes confrères, j’ai peur d’être le suivant. Mais on doit malheureusement vivre avec."

Même son de cloche chez un concessionnaire de Genappe. "Chez nous, nous avons installé des plots devant l’établissement pour éviter les voitures-béliers, explique Frédéric Baeynens. Des barreaux sont installés aux fenêtres, mais aussi des caméras et une alarme. Faire plus ? Ce serait difficile. On vit malheureusement avec ce risque de cambriolage en permanence. On croise les doigts pour ne pas être les prochains."

La peur traverse aussi les frontières provinciales. Même dans le Namurois, on craint d’être sur la liste des voleurs. "La dernière tentative de cambriolage remonte à huit jours ! Mais le modus operandi n’est pas le même qu’en Brabant wallon, nous explique-t-on chez JDC motos. Tout est sous système d’alarme. L’avantage que nous avons, par rapport au Brabant wallon, est que nous nous trouvons en plein centre-ville. Prendre la fuite est plus difficile pour les voleurs. Il faudrait prendre une toute petite route pour pouvoir s’enfuir."

Chez nous, l’enquête suit son cours. Les images de vidéosurveillance sont analysées par les enquêteurs.