Usine pilote à 65 millions d’euros

Vincent Fifi Publié le - Mis à jour le

Brabant

La transformation d’UCB en un groupe spécialisé dans le secteur biopharmaceutique et centré sur la production de médicaments contre les maladies graves du système nerveux central et du système immunitaire a souvent fait grincer des dents ces dernières années à Braine-l’Alleud : la réorientation des activités ne s’est pas faite sans casse sociale. Notamment deux procédures de licenciements collectifs en 2008 (quelque 325 personnes) et 2009 (quelque 135), qui ont supprimé près d’un quart de l’emploi total sur le site.

Mais la direction affirme qu’elle est à présent parée pour l’avenir, tandis que 1500 personnes travaillent encore sur le site de Braine. Le CEO Roch Doliveux constate par ailleurs qu’un tiers des médicaments dans le monde sont à présent d’origine biotechnologique, et que ceux-ci représentent plus de la moitié de ceux qu’UCB est en train d’élaborer dans son service de recherche et développement.

Encore faut-il, une fois les recherches avancées, savoir produire les molécules dans des quantités suffisantes et avec une qualité optimale, pour pouvoir procéder à des essais cliniques.

Vendredi matin à Braine-l’Alleud, une nouvelle usine pilote, conçue pour cela - et pour optimaliser les procédés de fabrication - a été inaugurée. C’était la pièce manquante du puzzle dans le cadre de cette grande réorientation stratégique du groupe. Elle est à présent ouverte et représente un investissement de 65 millions d’euros, dont environ 10 % de financement reçu de la Région wallonne.

En ce qui concerne l’emploi, une centaine de travailleurs seront occupés dans les installations quand elles seront pleinement opérationnelles, début 2013. En effet, il faut attendre toutes les certifications des autorités compétentes.

Sur ces cent travailleurs, septante ont été recrutés en interne : ils travaillaient sur des procédés qui ne sont plus employés et ont accepté de suivre plusieurs mois de formation pour intégrer la nouvelle unité.

Par ailleurs, le patron d’UCB a indiqué, vendredi matin, que l’entreprise était toujours à la recherche, pour son site de Braine-l’Alleud, d’une cinquantaine de profils assez spécialisés que le groupe pharmaceutique peine à trouver en Wallonie.

Publicité clickBoxBanner