Brabant Les démarches administratives pour l’installation de nouveaux ventilateurs prendront au moins six mois.

Au moment de l’ouverture officielle du karting indoor de Wavre en février dernier, les pilotes Ghislain et Grégoire de Mevius affichaient un large sourire. Il faut dire que leur projet datait de plusieurs années déjà et que nombreux recours avaient retardé de plusieurs mois les premiers tours de piste.

On comprend donc mieux leur désillusion lorsque, après à peine quelques kilomètres de bitume parcourus, les karts avaient cessé de vrombir. En cause : l’intoxication au monoxyde de carbone subie par une septantaine de pilotes. Heureusement sans trop de gravité ni de séquelles à long terme.

Immédiatement, une enquête judiciaire avait été ouverte pour comprendre l’origine de cette intoxication. Et rapidement, on avait appris que trois des quatre extracteurs de la piste ne fonctionnaient pas. Combiné à une météo capricieuse - un épais brouillard sans vent -, cet incident technique (l’enquête doit encore en établir les responsabilités) avait entraîné une surconcentration de CO dans le hangar et des intoxications ayant parfois entraîné une hospitalisation.

Depuis, le karting indoor de Wavre, pourtant attendu par tous les amateurs de sensations fortes et de sport automobile en Brabant wallon, n’a plus rouvert ses portes. Et ne devrait pas les rouvrir avant le début de l’année 2018.

"Après le faux départ malheureux de février dernier, toute notre attention a été focalisée sur la compréhension précise de l’incident et sur les mesures à mettre en place afin que cela ne se reproduise plus jamais, confient Grégoire et Ghislain de Mevius sur la page Facebook du karting. "Ces derniers six mois, nous avons analysé toutes les solutions possibles afin de garantir un environnement sain et optimal à la pratique du karting, telle que nous l’aimons."

Installation de 20 ventilateurs supplémentaires

Et la solution privilégiée, c’est l’installation d’une vingtaine de ventilateurs supplémentaires "afin d’être en mesure d’offrir aux pilotes toutes les sensations et le plaisir qu’ils sont en droit d’attendre".

Ce qui risque de retarder encore un peu plus la réouverture du karting. "Cette décision nous impose de déposer un permis unique auprès de la Ville de Wavre, une procédure qui devrait durer environ six mois."

Les responsables de l’infrastructure se disent par ailleurs "désolés et attristés par cette fermeture temporaire qui a déjà trop duré. Mais nous voulons, même dans ces moments difficiles, nous tourner vers l’avenir afin d’assurer le maximum de plaisir à nos utilisateurs, dans les meilleures conditions de sécurité et, bien entendu, avec toutes les autorisations nécessaires".

Enfin, Grégoire et Ghislain de Mevius tiennent à remercier les pilotes pour "le soutien infaillible que vous nous avez témoigné ces derniers mois. Il nous va droit au cœur et nous motive à poursuivre nos efforts pour faire du WIK un endroit de rencontre et de partage exceptionnel pour les années à venir".

Pour rappel, le karting doit permettre à quinze engins de circuler simultanément. Avec une particularité : la piste, parcourue en 51 secondes par les meilleurs lors de l’inauguration de février, s’élève sur deux niveaux, permettant d’offrir de nouvelles sensations aux pilotes.