Bruxelles

Le 1819, c’est ce service qui centralise les demandes des entrepreneurs bruxellois et qui les redirige vers une personne spécialisée. Plus qu’un simple numéro de téléphone, depuis mai dernier, c’est aussi un espace physique. En 2017, le service a répondu à pas moins de 8 000 demandes, soit 92 % en plus qu’en 2014, année de son lancement.

Plus de 700 personnes

"Je suis arrivée du Portugal il y a quatre ans. Je ne parlais pas français ni anglais et c’était très difficile de trouver un emploi. Donc j’ai décidé de me lancer et d’ouvrir ma boutique de chaussettes en avril passé", raconte Manuela. Les services du 1819, elle en a eu besoin à plusieurs reprises : "Pour devenir indépendante, savoir si le magasin pouvait ouvrir, savoir comment engager quelqu’un, pour le bail commercial."

Des questions, Annelore Isaac, directrice du service 1819, y fait face tous les jours. "Notre mission, c’est de donner une première information et de réorienter l’entrepreneur vers le réseau, des acteurs publics ou privés qui sont en mesure de répondre à leurs demandes. En fait, le 1819, c’est la porte d’entrée vers ces autres acteurs." Depuis 2017, un lieu physique (l’Infopoint) accueille les personnes qui préfèrent un contact direct. "Depuis sa création, plus de 700 personnes ont demandé conseil à l’Infopoint. On constate aussi que ce lieu physique supprime les différentes barrières, numériques ou liées aux langues."

Des semaines thématiques

En ce début de nouvelle année, l’heure était donc au bilan. Et les résultats sont plutôt encourageants. De 487 demandes par mois en 2016, le service est passé à 627 demandes par mois en 2017. Une autre petite victoire pour le monde de l’entrepreneuriat bruxellois : le nombre de femmes indépendantes qui ont fait appel au service est en nette augmentation. En effet, alors que celles-ci sont souvent mal représentées chez les entrepreneurs, elles représentent maintenant 45 % des indépendants qui ont demandé un conseil.

Pour Manuela, son parcours aurait été bien plus compliqué sans ces aides "spécifiques à chaque entrepreneur. La réponse est toujours très rapide et c’est important pour un indépendant de ne pas perdre de temps".

En plus des services spécifiques, des semaines thématiques seront organisées tout au long de l’année pour répondre en profondeur à une thématique en particulier liée au monde de l’entrepreneuriat. Ce lundi se lançait la semaine de l’indépendant sous le thème " Se lancer sans tout risquer " . Au programme : les aides et les primes, le statut d’indépendant, les coopératives ou encore les lean start-up.Hélène Ghilain