Bruxelles Deux ans après les attentats, les touristes sont de retour à Bruxelles. Le 1er semestre 2018 atteint un record en matière de nuitées.

Le 22 mars 2016, Bruxelles subissait deux attaques terroristes durant lesquelles 32 personnes ont perdu la vie. La Région bruxelloise, et en particulier Molenbeek-Saint-Jean, ont été présentées aux yeux du monde comme étant un nid à terroristes. Conséquence immédiate : le nombre de touristes (de tous types) venant à Bruxelles a fondu comme neige au soleil.

Ce n’est heureusement plus le cas aujourd’hui. De nombreux chiffres attestent que Bruxelles est redevenue une destination attractive où les gens se rendent pour plusieurs raisons. "La majorité des visiteurs présents à Bruxelles (54 %) y séjournent pour des raisons professionnelles, explique Simon Detemmerman, de Visit Brussels. En ce qui concerne les touristes de loisir, la première raison de visiter Bruxelles est le patrimoine culturel et historique. Ils sont également nombreux à venir pour les produits typiques comme la bière et le chocolat, la gastronomie ou encore la présence des institutions européennes."

© IPM GRAPHICS

En ce qui concerne le secteur du logement, Simon Detemmerman parle de chiffres records pour le premier semestre de l’année 2018. Le taux d’occupation des hôtels bruxellois entre janvier et juin est de 72,5 %, trois points de mieux qu’en 2017. Les séjours en logement partagés sont également en hausse par rapport aux années précédentes, avec une augmentation du nombre estimé de plus de 25 % par rapport à 2017.

Les touristes sont surtout sensibles aux musées. Ainsi, les musées Royaux des Beaux-Arts, le musée des Sciences Naturelles et le musée de la BD font tous partie des sites les plus visités. À cela, on peut rajouter l’Atomium, le Parlementarium et l’hémicycle du Parlement européen. Quant au petit garçon le plus connu du pays, "il est difficile d’estimer le nombre de visiteurs d’endroits aussi précis que la statue de Manneken-Pis" mais "on a cependant pu mesurer, sur base des données de téléphonie mobile, que le quartier de la Grand-Place voit passer jusqu’à 30.000 personnes par jour, dont une majorité de visiteurs étrangers", éclaircit Simon Detemmerman.

Ces derniers sont d’ailleurs nombreux à fréquenter la capitale belge et leur nombre est en augmentation depuis 2016. Ils étaient par exemple 707.435 Français en 2017 contre 626.810 en 2016 (+13 %) mais les plus fortes croissances sont à l’actif des Brésiliens (61 %) et des Russes (+40 %).