Bruxelles

Quelques jours après l'opération policière visant à sanctionner les oiseaux de nuit de la place Flagey et de ses alentours, la bourgmestre d'Ixelles a décidé de prolonger l'ouverture des terrasses Horeca à 1h du matin. La limite fixée aux coups de minuit pour les noctambules de l'espace public est elle maintenue.

Tout a commencé l'année passée après que de nombreuses personnes se sont installées autour des étangs, de la place Sainte-Croix et sur la place Flagey. A ce moment, les commerçants demandent à la bourgmestre d'agir face à une situation devenue incontrôlable pour eux. Paul de Béthune, patron du café Belga, raconte: "A force que nous la sollicitions, elle a fini par prendre l'arrêté alcool limité à 2h du matin. Mais il est arrivé à la fin de la saison donc ces nuisances ont disparu d'elles-mêmes."

Qui est concerné par les mesures?

Interrogée par LaLibre.be, la bourgmestre d'Ixelles contextualise. "Cet arrêté fait suite à un constat de départ : un grand nombre de plaintes réceptionnées par la commune et de PV dressés par la police dessinent la situation actuelle du quartier aux alentours de la place Flagey. Il y a une présence abondante de personnes en état d’ébriété le soir sur la voie publique. Le but de cet arrêté est de viser ces personnes, les consommateurs d’alcool sur la voie publique car ce sont elles qui génèrent le plus de nuisances en tout genre (incivilités, propreté, nuisances sonores)." 

Pour les clients en terrasse, la bourgmestre libérale est plus conciliante. "Les personnes se trouvant sur les terrasses des établissements sont généralement gérées par le personnel et les tenanciers, qui sont sensibilisés à cette problématique par les services de police en amont. Les clients se trouvent dans un espace délimité qui permet un meilleur contrôle des clients."

Une distinction entre Horeca et consommation d'alcool sur la voie publique n'est pas la question pour la patronne du café Le Pantin et présidente de l'association des commerçants de Flagey, Liza Miller. "Pour appréhender correctement la vie du quartier, il faut dessiner trois groupes. Les clients des bars en sont un, les gens qui boivent calmement sur l'espace public un deuxième et finalement les groupes de personnes qui boivent sur l'espace public mais se conduisent irrespectueusement."

Un an après les premières mesures, la question revient sur la table. Le patron du Belga développe : "La limite à minuit ne me dérangeait pas à partir du moment où ça concernait les groupes sources de nuisances sur l'espace public, or ça concerne aussi l'Horeca et pour nous c'est plus problématique. Non pas que ranger la terrasse à minuit nous dérange, d'ailleurs c'était souvent le cas même avant. Par contre les clients ne peuvent plus sortir avec leur verre lorsqu'ils vont fumer une cigarette, même dans l'espace de la terrasse. C'est la confusion entre ces groupes extérieurs qui étaient sur la place l'année passée et notre clientèle que l'on gère. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de nuisance, c'est clair qu'une terrasse en été avec 300 personnes qui parlent un peu fort, c'est une nuisance. Mais elle est limitée au cadre de l'Horeca. Si on a un problème par rapport à ça, on s'entend avec la commune quitte à gérer ça autrement. Cet arrêté alcool à minuit vient de passer à 1h après la dernière réunion qu'on a eue avec la bourgmestre, où elle a entendu les commerçants."

Mieux vaut prévenir que sanctionner

Pour le secteur Horeca, l'opération policière a fait fuir les gens du quartier. Le Pantin a accusé une perte de 30 % ce week-end où cinq combis de police ont contrôlé les usagers de la place et de ses alentours. A cette mesure stricte, les commerçants auraient préféré le travail de médiateurs de nuit, connaisseurs du terrain et agissant par la prévention.

La bourgmestre veut montrer qu'elle écoute les commerçants. Et c'est d'ailleurs un dialogue qui s'est réinstauré depuis la dernière réunion qu'ils ont tenue conjointement. Pour Viviane Teitelbaum, échevine du Commerce et de l'Urbanisme à Ixelles, "on est dans un dialogue constructif avec eux. On a pu mieux identifier le problème. La bourgmestre a maintenu l'arrêté alcool pour les places Sainte-Croix et Flagey, les étanges, etc. Par contre les terrasses des cafés peuvent être ouvertes jusqu'à 1H00. Les gens concernés sont ceux qui s'achètent des canettes dans les night shops, qui mettent des bafflent et créent beaucoup de nuisances tout au long de la nuit si on ne les cadre pas."

"Il n'y a aucune raison de se faire la guerre, il faut s'arranger en discutant, on est des acteurs omniprésents donc on a une vue quotidienne et en continu du fonctionnement de la place donc je crois qu'on peut être un très bon relais pour les pouvoirs publics", conclut Paul de Béthune du café Belga.