Bruxelles

La guerre des affiches électorales est bel et bien lancée un peu partout, mais à Anderlecht, certains estiment que des limites ont été dépassées cette semaine. 

Fabrice Cumps (PS), l’échevin des Finances de la commune, dénonce une affiche géante représentant deux candidats de l’Open-VLD-IC : Lionel Bajart et Stefaan Van Hee. L’affiche est installée au-dessus de la porte d’entrée d’un immeuble, obligeant les habitants à se baisser légèrement s’ils veulent rentrer chez eux.

"Qu’ils inondent les façades ad nauseum d’affiches maoesques accrochées de manière bancale, soit… si ça peut les rassurer… Mais que les locataires soient forcés de courber la tête pour sortir de chez eux pour satisfaire leur petit narcisse, c’est un pas supplémentaire un peu difficile à avaler (si je peux employer cette image un peu surréaliste…). Ces gens sont sans scrupule…" , a commenté l’échevin sur sa page Facebook.

De leur côté, les deux candidats en question affirment que les affiches ont été posées avec l’accord du propriétaire et des habitants. Mais ils reconnaissent que la réaction est légitime. Sur une photo, on voit d’ailleurs Stefaan Van Hee qui passe à peine en dessous de l’affiche. Mais pour éviter de susciter la polémique, les deux candidats ont décidé de prendre l’attaque de l’élu socialiste à la rigolade. Ils ont donc découpé partiellement le bas de l’affiche afin que les personnes voulant entrer dans le bâtiment puissent passer en dessous à l’aise. Depuis deux jours, la hauteur de l’affiche atteint donc 2,15 m. "Désormais même les joueurs de basket-ball ne devront pas baisser la tête", ont-ils plaisanté.

À Anderlecht, déjà quatre-vingts affiches ont été recensées comme étant mal apposées, d’après nos confrères de Sudpresse. Le bourgmestre Éric Tomas (PS) assure que ces mauvaises pratiques concernent tous les partis. Il est prévu de réaliser une circulaire qui recense ce qui est permis ou non de faire en cas d’affichage électoral car, pour le moment, plusieurs textes contradictoires encadrent l’affichage.