Bruxelles

Quelques parcelles ne font pas encore partie du classement.

Le 8 juin 2018, après cinq années de nombreuses demandes de la part de la commune, et de discussions entre la Région, les associations de quartiers et les pouvoirs locaux, la notification de l’arrêté du gouvernement du 21 décembre 2017 classant définitivement le site du Meylemeersch a clos la procédure.

Aux commandes de cette demande depuis le début, l’échevin anderlechtois de l’Urbanisme et du Développement durable Gaëtan Van Goidsenhoven (MR) entend revenir à la charge dès la rentrée avec la commune, pour une extension de ce classement.

"Nous sommes évidemment satisfaits d’avoir pu aboutir à ce classement, mais nous souhaitons l’étendre, explique l’édile. La commune demande un élargissement de la zone qui a été classée. Il y a encore des parties très intéressantes qui ne sont pas classées. Il y a une volonté de la commune de conserver leur qualité naturelle, environnementale, agricole, etc."

Dans le document de notification datant du 8 juin 2018, on peut d’ailleurs lire que "la commune est favorable au classement à condition d’ajouter le vieux verger existant aux abords de la ferme du Meylemeersch".

Partagée entre le CPAS , Citydev et l’ULB comme propriétaires, la procédure du classement de ce site avait fait l’objet de plusieurs contentieux entre les différents acteurs. Dans l’arrêté, le CPAS signale d’ailleurs qu’il s’oppose à la protection de parties de parcelles situées de part et d’autre de la voirie, estimant que ces parties pourraient trouver une valeur de terrain à bâtir pouvant déboucher sur le développement de projets sociaux.

"C’est un manque à gagner pour eux, commente Gaëtan Van Goidsenhoven. Ils ont une vision très traditionnelle de promoteur. Nous défendons les valeurs écologiques de ces plaines que nous voulons protéger. Les conditions environnementales doivent aussi entrer en jeu."