Bruxelles

Artère historique de la capitale, l'avenue Brugmann compte quelques joyaux architecturaux sur son parcours. L'hôtel Haerens, situé au numéro 384 de la voie uccloise, fait partie de ceux-ci. Le bâtiment, bientôt septuagénaire, vient de recevoir un subside important lui permettant de s'offrir une seconde jeunesse.

A l'initiative du Secrétaire d'Etat en charge des Monuments et Sites Emir Kir, (PS) une somme de 362 945,60 euros vient, en effet, d'être dégagée pour la restauration de ses façades et toitures. La Région intervient dans les frais de restauration à un taux qui varie de 40 pc à 50 pc, selon qu'il s'agit d'un élément intérieur ou extérieur, puisqu'il s'agit d'un bien privé classé depuis 1988. L'hôtel Haerens, édifié en 1928, ainsi que le palais de la Folle Chanson (rond-point de l'Etoile à Ixelles), sont à Bruxelles les deux oeuvres les plus significatives de l'architecte Antoine Courtens.

Représentant de l'Art déco

Car ce fils de peintre, est surtout connu pour ses oeuvres au Canada et notamment ce vaste ensemble résidentiel et de loisirs situé dans les Laurentides (Québec) et commandé par le baron Louis Empain. Brillant, Antoine Courtens devint rapidement un élève de l'architecte Victor Horta. Un style que l'on retrouve notamment dans la rotonde qui épouse parfaitement l'angle des deux avenues qui le bordent. "Le traitement des lignes verticales, l'alternance des pleins et des vides, des rentrants et des saillies, et l'étonnante coupole constituent les caractéristiques d'un immeuble qui est un bel exemple adapté à la vie mondaine de l'architecture Art déco appliquée à un hôtel de maître de la banlieue huppée ", explique-t-on auprès du cabinet d'Emir Kir. Particulièrement riche en boiseries (lambris, parquets, etc.), la décoration intérieure mérite également le détour.

"Je suis très heureux de pouvoir participer à la valorisation de l'oeuvre d'un architecte qui fut l'élève et le collaborateur de Victor Horta, mais surtout, l'un des principaux représentants de l'Art déco à Bruxelles , indique Emir Kir. J'espère que cette restauration sera tout aussi rayonnante pour l'avenue Brugmann que ne le fut l'oeuvre d'Antoine Courtens pour l'Europe , poursuit le Secrétaire d'Etat. Il faut savoir qu'outre l'empreinte qu'il a laissée au Québec, Antoine Courtens a aussi marqué de sa patte quelques coins de France et d'Italie avec plusieurs ensembles de cités-jardins qu'il conçut pour le groupe Empain" , conclut Emir Kir. Une "patte" qui marquera l'avenue Brugmann pour de nombreuses autres années.