Bruxelles Une belle victoire pour les amoureux du patrimoine historique au cœur des Marolles, sur l’A Met

C’est la RT BF qui l’a révélé : l’abri anti-aérien implanté pendant la Seconde Guerre mondiale sous la place du Jeu de Balle à Bruxelles a, enfin, été classé par le gouvernement bruxellois. Ce souterrain ne pourra plus être ni transformé, ni, pire encore, détruit.

La question de sa sauvegarde s’était posée dans l’urgence fin 2014. L’alors bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur (PS) avait envisagé de construire un parking sous "L’A Met" - l’appellation garantie d’origine de ce haut lieu de la Chine immortalisé dans "Le Secret de la Licorne" par Hergé. Il y avait eu une levée de boucliers des riverains et d’associations de quartier et de défense du patrimoine. La Plateforme Marolles avait idoinement rappelé l’existence de l’abri anti-aérien et demanda son classement.

Ouvert en 1942 selon les Archives de la ville

On y accédait pendant la guerre par deux entrées de part et d’autre de l’abri, près des extrémités nord-ouest et sud-est. Son érection s’inscrivait dans le cadre de l’organisation générale de la protection passive (Défense aérienne passive - DAP). Dès 1939, des directives furent prises dans ce sens.

Le 17 février 1941, la DAP avait lancé dans ce qui était alors le "Grand Bruxelles", un "Service des Abris", rattaché au service des travaux publics de la ville. Il fit construire moult abris dans l’agglomération bruxelloise. Tantôt en renforçant des caves existantes, tantôt en édifiant de nouveaux abris et en utilisant des structures souterraines antérieures. On pense que celui de la place du Jeu de Balle fut accessible en 1942. Un lieu de mémoire incontestable…

Début 2015, face à la pression populaire, le Collège de la ville de Bruxelles renonça au projet de parking souterrain alors que la procédure de classement était enclenchée. En octobre 2016, le caractère authentique de l’abri et son intérêt patrimonial était renforcé par la redécouverte de banquettes, de toilettes et de lignes téléphoniques qui avaient servi lors des alertes. Une étude sur la structure de la cave a montré que la voûte fut construite en béton non armé. Enfin, fin juin dernier, l’abri anti-aérien était donc classé.

Le fruit d’une mobilisation citoyenne

Gwenaël Breës, de la Plateforme Marolles, s’est réjoui de ce classement issu d’une initiative citoyenne. Avec quand même le regret que tous les bâtiments remarquables de la place n’aient pas été classés. Quid enfin d’une ouverture possible de l’abri au public ? Pour Gwenaël Breës, cela imposerait à tout le moins une préservation du site. Et il s’agira aussi de ne pas oublier que son accès se situerait au centre de la place du Jeu de Balle. Là même où se tient depuis cent-quarante-cinq ans tous les jours que Dieu fait le marché aux puces… Loeizemet pour les "echte Brusseleirs"