Bruxelles

Le chantier du futur Centre administratif de Bruxelles fait grand bruit. La machine colossale a été lancée et les travaux ont été illustrés par nombre de passants sur les réseaux sociaux à coups de #parking58, impressionnés par la démolition du célèbre Parking 58. Au-delà de son simple usage en tant que parking central, il a su ravir les fêtards par son rooftop.

Des Bruxellois lui rendent hommage. Certains attendent déjà "la nouvelle terrasse de Bruxelles", d'autres regrettent la fin d'une époque ou se souviennent d'y avoir échangé un premier baiser.





Quelques-uns se réjouissent de l'apport de lumière apporté par la démolition du bâtiment. Cela ne durera pas cependant. La future construction de 9 étages surplombera ses voisins pour offrir à ses employés et au public une terrasse envisagée "comme le prolongement du piétonnier en jardin public".

Selon AG Real Estate, promoteur du projet, la fin de la démolition, les terrassements et le début de la reconstruction sont prévus pour le première quadrimestre 2019. La fin de la reconstruction, elle, est prévue pour les deuxième et troisième quadrimestres 2021. Malgré un retard sur le planning, la livraison du Centre administratif devrait avoir lieu d'ici trois ans.


Situé actuellement sur le boulevard Anspach, le bâtiment accueillant l'organe public date des années 70 et peine à s'adapter aux besoins de ses utilisateurs. L'objectif est de rassembler les différents services de la ville en un seul lieu. Avec une superficie de 37.200 m2 hors-sol sur 9 niveaux et de 23.000 m2 en sous-sol sur 4 niveaux, l'immeuble offrira un parking public de 450 places et 109 places pour la Ville et un parking vélo de 176 places.

Au cabinet de Geoffroy Coomans de Brachène, échevin de l'Urbanisme et du Patrimoine à la Ville de Bruxelles, on nous explique la difficulté d'un tel projet. Un chantier de cette envergure en centre-ville représente une entreprise délicate. Entouré de bâti, il impose des précautions particulières.

Les membres des cabinets des échevins sont d'ailleurs directement concernés puisque, actuellement concentrés à l'Hôtel de Ville, ils déménageront dans le Centre administratif, soit dans un milieu plus adapté à leurs besoins. Au total, 1500 employés y seront accueillis.