Bruxelles La Ville de Bruxelles a décidé d'interdire la manifestation contre la brutalité policière prévue ce mercredi par Campagne Stop Répression.

Dans le contexte actuel, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close a décidé d'interdire la manifestation contre les violences policières prévue demain mercredi dans le centre de la capitale. Les trois récentes émeutes ont fait craindre aux autorités bruxelloises de nouveaux débordements en marge de la manifestation. 

Il y a trois ans, le collectif Jeunes Organisés et Combatifs (JOC) avait déjà appelé à manifester pour dénoncer "l'impunité des policiers violents". Selon les organisateurs, 80% des plaintes déposées au Comité P n'aboutissent pas et sont déclarées sans suite. Seules 3% aboutissent à un jugement. "Cette action s'inscrit dans le cadre de la campagne de la JOC 'Stop Répression', lancée il y a trois ans contre les violences policières dans la société", indiquait alors Arno Leonis, membre de l'organisation. "Nous estimons que dans un contexte de crise, l'Etat utilise les policiers comme des outils au lieu d'apporter une réponse sociale. Les policiers ne sont dès lors plus là pour protéger la population." 500 personnes avaient participé à la marche. La manifestation s'était déroulée dans le calme.