Bruxelles L'organisation de mobilité Touring déplore ce mardi la mauvaise coordination des travaux menés dans la Région de Bruxelles-Capitale. Ceux-ci, bien que nécessaires admet l'organisation, se chevauchent trop souvent et provoquent des encombrements trop importants. Touring demande une meilleure harmonisation, une accélération des travaux et des mesures d'accompagnement pour faciliter la circulation.

Jusqu'à la fin de l'été, deux bandes de circulation de la rue de la Loi, à Bruxelles, sont fermées pour travaux. Il faut parfois jusqu'à une heure pour parcourir le kilomètre et demi qui sépare cette rue de la place Schuman. "Il s'agit juste d'un des innombrables chantiers menés par la Région de Bruxelles-Capitale cet été (et au-delà) qui met la pagaille", se plaint Touring.

L'organisation déplore le manque de synchronisation avec d'autres chantiers et de mesures d'accompagnement. "Beaucoup de travaux se chevauchent et plusieurs voies de communication sont ainsi touchées en même temps. Les chemins alternatifs sont alors fort réduits."

Outre la rue de la Loi, des travaux sont menés au boulevard du Jardin botanique, à la Porte de Ninove et à la chaussée d'Ixelles. Les capacités du tunnel de la Porte de Hal, du boulevard Général Jacques, de l'avenue de l'Exposition et de la Woluwelaan (R22) sont elles réduites de moitié.

Les travaux prennent "bien plus de temps" à Bruxelles que dans les autres régions, affirme Touring. "Les entrepreneurs ne sont pas autorisés à travailler 24h/24 et pendant les week-ends et ce, pour des raisons financières. Les travaux prennent alors deux fois plus de temps et par conséquent les embouteillages associés coûtent davantage à la société, ce que l'on semble oublier."

L'organisation demande des mesures lors des travaux majeurs telles que la présence d'agents de la circulation pour améliorer la fluidité du trafic.

Le ministre Smet rejette les critiques

Les critiques de Touring sont "tirées par les cheveux", estime le ministre bruxellois des Travaux publics Pascal Smet. Il a également rejeté l'idée de construire un pont provisoire pendant la rénovation du tunnel Léopold II. "Nous ne voulons pas revenir dans les années 1980", a-t-il réagi en référence au viaduc bâti avant l'entrée en fonction du tunnel vers Koekelberg.

Pascal Smet rejette ces critiques, soulignant que les opérations sont également menées le week-end et pendant les jours fériés. Son porte-parole prend ainsi l'exemple du tunnel Porte de Hal. "Nous aurions pu fermer complètement le tunnel pendant des mois, mais nous avons opté pour une autre solution par laquelle les ouvriers sont à pied d'œuvre de jour comme de nuit, laissant la chaussée partiellement ouverte pendant la journée".

Le ministre rappelle que Bruxelles doit rattraper un gros retard en matière d'infrastructures, "et on ne fait pas d'omelettes sans casser des œufs".

Il entend par ailleurs renforcer la commission de Coordination des chantiers, notamment via une meilleure collaboration avec les entreprises d'utilité publique comme Vivaqua, les fournisseurs d'énergie et les opérateurs télécoms.

Enfin, Pascal Smet ne veut pas entendre parler de la proposition de Touring de bâtir un pont provisoire pendant les travaux dans le tunnel Léopold II. Il rappelle que l'adjudication pour la rénovation du tunnel prévoyait que le chantier se tiendrait uniquement le week-end et que la circulation ne pourrait être totalement fermée que pendant les mois d'été. "Le tunnel est totalement ouvert pendant l'année, un pont n'est donc pas nécessaire", souligne le porte-parole de M. Smet. Les premiers travaux dans le tunnel Léopold II doivent commencer en 2018.