Bruxelles La plateforme "Chrétiens solidaires" souhaite développer le vivre ensemble à travers l'échange et le dialogue.

Le 1er mai, on peut exprimer sa solidarité avec les plus défavorisés et les plus démunis en défilant mais l’on peut aussi déplacer les curseurs en dialoguant autour d’une table… C’est cette dernière option qu’a choisie la plateforme "Chrétiens solidaires" qui rassemble à Bruxelles des associations et des personnes interpellées par l’état de la société et par la responsabilité sociale et citoyenne des chrétiens. Et par le vivre-ensemble de moins en moins évident à mettre en exergue par les temps agités qui courent…

Voir, juger, agir…

Et cela à l’aune de la méthodologie inspirée par Joseph Cardijn qui estimait qu’il fallait "voir, juger et agir". Une belle manière de prolonger la célébration l’an dernier du 50e anniversaire de la mort du grand zélateur de la jeunesse ouvrière chrétienne à Laeken… Cela se traduira par une journée de rencontre de à 16h30 au Centre pastoral de Bruxelles, au 14 de la rue de la Linière près de la Porte de Hal. Les organisateurs précisent qu’ils "essaient d’offrir une analyse approfondie des enjeux sociaux afin de mieux agir dans la perspective d’une réelle transformation du monde". La plateforme "Chrétiens solidaires" regroupe le Centre de formation Cardijn (Cefoc), Vivre ensemble éducation, le Centre Avec, la Pastorale ouvrière et des personnes à titre individuel. Autour de la table, il y aura aussi l’association "Sagesse au quotidien" qui est active sur le territoire bruxellois.

Des regards croisés interpellants

Mise sur pied par des femmes belges musulmanes d’origine marocaine, elle mène un travail de réflexion afin de prendre place dans la société belge. Parce qu’elle est la leur mais aussi celle de leurs enfants. Actuellement, elle propose des espaces de réflexion, notamment via des partenariats.

La journée du 1er mai se déroulera aussi en trois temps. Avec d’abord un regard décalé à partir de scènes de la vie quotidienne qui consistera à voir ce qui se passe, comment et pourquoi, du côté de l’école, de la santé et du travail de l’associatif. Pour chacun de ces "mondes" deux témoins, un ou une musulman(e) et un(e) chrétien (ne) parleront de leur expérience et susciteront des questions à explorer et à débattre. Puis, ce sera le moment de juger avec l’appui d’Henri Goldman de la revue "Politique". Il y aura une prise de recul et les participants se donneront des clés de lecture pour évaluer les situations vécues et pour les éclairer à partir du contexte bruxellois avec des musulmans et des chrétiens engagés dans la vie sociale et culturelle. Mais il faudra transcender ces analyses et agir. Et cela en discernant le petit pas de plus que chacun peut faire pour construire des relations et des actions communes à Bruxelles.

Renseignements : http://www.centreavec.be/site/Chretiens-solidaires-Bruxelles-Diversite