Bruxelles Le piétonnier a fait baisser la clientèle de la Maison Philippe Linssen.

C’est une véritable institution qui s’apprête à fermer ses portes dans le centre-ville. Après 119 ans d’existence, le célèbre magasin de perruques Maison Philippe Linssen va mettre la clé sous le paillasson à la fin du mois d’avril.

Ce spécialiste en vente et fabrication de perruques est implanté au numéro 144 du boulevard Anspach depuis 1898. Il s’agissait initialement d’un salon de coiffure avant que le commerce ne soit réaffecté en magasin de perruques. "C’est dommage de voir ce commerce fermer. La façade est très typique de l’époque et les produits proposés sont uniques", explique Stéphanie, une riveraine du centre-ville qui passe tous les jours devant ce commerce particulier. "J’aime m’arrêter devant la vitrine et observer toutes ces perruques plus originales les unes que les autres. Ce commerce est différent des autres et donne le sourire."

La Maison Philippe Linssen est l’un des derniers témoins du XIXe siècle encore existant sur le boulevard Anspach, et amuse les nombreux touristes qui passent devant. Mais au fil du temps, ce boulevard s’est considérablement transformé et le magasin se situe désormais entre des magasins d’impressions et de télécommunication.

Travaux devant le magasin depuis un an

La gérante pointe du doigt le piétonnier qui a, selon elle, eu un impact négatif sur la fréquentation de son commerce. "Le piétonnier n’a certainement pas aidé les choses, explique Mariette Moreau, la gérante. Des travaux sont entrepris devant le magasin depuis l’année dernière et cette situation a engendré une perte de places de stationnement. Les gens prennent moins de plaisir à se rendre dans le centre-ville."

Résultat : la clientèle qui s’est toujours montrée fidèle se rend de moins en moins dans le pentagone et la gérante n’a pas eu d’autre choix que de fermer. "Nous fermons définitivement le magasin entre le 15 et le 30 avril prochain. Le magasin existe depuis plus de cent ans, mais vu l’emplacement, les repreneurs ne se bousculent pas au portillon", ajoute Mariette Moreau. Le commerce est donc en liquidation totale et propose ses articles à moins 50 %.

Contacté, le cabinet du bourgmestre Yvan Mayeur (PS) n’a pas souhaité commenter cette fermeture et nous a renvoyé vers Marion Lesmesre (MR), l’échevine en charge du Commerce, qui n’était, elle, pas disponible.