Bruxelles

La direction bruxelloise de Groen a décidé, ce jeudi soir, de virer Adelheid Byttebier du conseil d’administration de la Stib et de nommer à sa place Alain Beeckmans comme nouveau président. Pour justifier ce renvoi, le parti évoque le cumul des mandats effectué par Adelheid Byttebier, devenue échevine à Schaerbeek suite aux élections locales du 14 octobre.

"Groen représente la bonne gouvernance et cherche donc à maximiser la répartition des mandats et à éviter les conflits d’intérêts. La direction du parti a voulu respecter cet engagement, mais a aussi estimé qu’il était important que Adelheid Byttebier participe aux négociations sur la conclusion du nouveau contrat de gestion. Maintenant que celles-ci sont terminées, le temps est venu de passer le flambeau", lit-on dans leur communiqué.

Mais selon Ridouane Chahid (PS), vice-président du CA de la Stib, la véritable explication est la suivante : "Ce renvoi intervient suite à la décision du comité de gestion de la Stib du 26 mars de choisir la motorisation hybride pour ses commandes de bus à partir de 2016. Alors que son parti et Ecolo souhaitaient opter pour une motorisation au gaz, Madame Byttebier s’est abstenue et n’a pas suivi la ligne idéologique de sa formation."

En optant pour des bus hybrides, le comité de gestion s’est fié aux conclusions des experts de la Stib. Ces derniers estiment en effet que les bus au gaz sont intéressants d’un point de vue écologique mais qu’ils présentent des problèmes sur le plan de la sécurité.

Dans leur rapport d’analyse sur les technologies de propulsion transmis au comité de gestion de la Stib et au gouvernement bruxellois, les experts de la Stib ont donc proposé de commander des bus hybrides qui seraient utilisés durant une phase de transition, et ce, avant de passer aux bus électriques.

Mais les bus au gaz restent l’unique option envisageable pour les Verts. Ce point a d’ailleurs été évoqué jeudi au gouvernement bruxellois par Bruno De Lille (Groen) et Christos Doulkeridis (Ecolo). Ce dernier s’est d’abord étonné de la décision avant d’exiger que les commissaires au gouvernement présents dans le CA de la Stib cassent cette décision.

Partagée entre ses convictions idéologiques et son respect envers le travail des experts, Adelheid Byttebier a choisi la neutralité en s’abstenant de voter pour la motorisation hybride. Pas suffisant pour Groen qui a semble-t-il décidé de punir ce mauvais petit soldat.