Bruxelles

Améliorer la convivialité des quartiers en y réduisant le trafic de transit, c’était l’objectif du ministre bruxellois de la Mobilité douce Bruno De Lille (Groen) en lançant la Toolbox mobility. Le 17 avril dernier, le ministre avait présenté cet outil et lancé un appel à projet à tous les citoyens bruxellois désireux de se mettre ensemble pour lancer un projet autour de la mobilité dans leur quartier.

Dix-sept projets ont été introduits auprès de la Région. Six d’entre eux ont été retenus. Ils ont été rendus publics mardi soir au cours d’une soirée organisée au Mundo-B, à Ixelles.

Les six projets se trouvent à Anderlecht (rue des Vétérinaires), Laeken (drève Ste Anne), Forest (quartier des Arbres), Molenbeek (rue de l’Avenir), Uccle (Oxy 15) et Ixelles (rue Keyeneveld et rue du Berger).

Tous ces projets, portés par des riverains recevront un soutien financier de la région bruxelloise (1,25 millions d’euros ont été débloqués). Ils recevront également le soutien et les conseils d’une "Mobility coach", en la personne de Julie Bérard, qui accompagnera intensivement chacun des projets jusqu’à leur aboutissement.

Même s’ils ont chacun leurs spécificités, les différents projets ont en commun l’objectif de réduire le trafic, la vitesse et les comportements dangereux dans leur rue. "Pour y arriver, les riverains peuvent par exemple décider de faire passer leur rue en zone 30, de créer une piste cyclable, ou encore d’aménager une place pour que les enfants puissent jouer dehors" explique Heleen Van Pelt, du cabinet de Bruno De Lille. "La Toolbox mobility est un bel outil parce qu’il permet aux habitents de prendre directement les choses en main pour amorcer le changement qu’ils souhaient dans leur rue."

Pour le ministre, le succès de l’initiative et le nombre de dossiers rendus après l’appel à projet démontre clairement la volonté des habitants de la ville d’améliorer la qualité de vie dans leur quartier. Or si cela n’a l’air de rien de prime abord, le trafic de transit, et la circulation automobile dans les rues, sont l’un des freins principaux à la convivialité des quartiers.