Bruxelles Selon Touring, la Région n’a pas prévu assez de mesures pour limiter les embouteillages en cette semaine de rentrée.

Le tunnel Porte de Hal est fermé depuis maintenant une semaine pour des travaux d’entretien mais la congestion est restée, durant les vacances de carnaval, relativement stable. En revanche, dès ce lundi et avec la rentrée scolaire, c’est un véritable calvaire qui attend les automobilistes qui emprunteront cet axe très fréquenté.

"Nous savons que, depuis la fermeture de l’axe principal nord-sud dans le piétonnier au centre-ville, beaucoup plus de voitures empruntent la petite ceinture. Nous avons l’impression qu’à Bruxelles l’ensemble des autorités n’a toujours pas compris comment synchroniser des travaux publics et des aménagements de voiries", explique Touring dans un communiqué.

Mais Touring déplore également le calendrier des travaux. "Bruxelles Mobilité mentionne des travaux en plusieurs phases, échelonnés jusque début 2019. Le planning prévoit deux périodes de fermeture complète du tunnel, deux périodes de fermeture partielle en journée, et deux périodes d’accessibilité complète en journée. La deuxième fermeture complète de plus d’un mois est prévue du 30 mai au 3 juillet. La Région aurait pu profiter des vacances scolaires pour cette fermeture mais la ville de Bruxelles s’y oppose toutefois pour ne pas compromettre la tenue de la Foire du Midi, qui a lieu à cette période. Nous ne pouvons que constater l’absence de vision et de coordination de ces fermetures."

Des itinéraires alternatifs ont été mis en place pour limiter tant bien que mal les risques d’embouteillages, mais pour Touring, ce n’est pas suffisant. "Nous nous inquiétons de la gestion de l’événement par manque de mesures d’allégement. Pourtant, la Région pourrait mettre en place une série de mesures pour fluidifier le trafic autant que possible, comme par exemple conclure des accords avec les centres commerciaux de la périphérie afin de permettre aux automobilistes d’y déposer leur voiture", ajoute Touring, qui recommande aux navetteurs d’avancer ou de postposer leur départ, par exemple en travaillant au moins en partie de chez eux, afin d’éviter les heures de pointe.