Bruxelles

Le chef du restaurant Bon Bon** dresse un tableau peu flatteur mais prometteur du paysage gastronomique belge et bruxellois.

L’ont dit qu’il a mille idées à la minute, que plus passionné que lui par son métier tu meurs, à tel point que parfois ça explose en cuisine nous dit-on… Le prix de l’excellence peut-être. Pour Christophe Hardiquest, chef du restaurant deux étoiles Bon Bon à Woluwe-Saint-Pierre, la cuisine c’est toute sa vie. À tel point qu’une fois rentrée chez lui, il prend encore grand plaisir à faire à manger pour sa famille…

La gastronomie belge est assez riche ?

"Oui ! J’ai mené un long travail de recherche avec un ami journaliste ( notre chroniqueur gastronomique Philippe Bidaine, NDLR) . Il m’aide à répertorier les recettes, à retrouver leur histoire… Je travaille avec une historienne également."

Plus largement, on a beaucoup parlé des faillites des grandes brasseries bruxelloises. Ca vous inspire quoi ?

(...)

Objectif : "La 3e étoile l'an prochain"