Bruxelles

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s'est accordé la semaine dernière pour mobiliser 20 millions d'euros afin de participer au projet de rénovation du Conservatoire royal de Bruxelles, aujourd'hui dans un état de décrépitude très avancé, a annoncé lundi le ministre des Bâtiments scolaire, Jean-Marc Nollet (Ecolo) En mars dernier, le fédéral, propriétaire de ce bâtiment qui héberge deux écoles supérieures des arts -- l'une francophone et l'autre néerlandophone --, avait proposé aux Communautés de participer chacune à hauteur de 20 millions d'euros dans la rénovation du bâtiment classé.

L'ensemble des travaux de rénovation sont estimés à 60 millions d'euros, lesquels seraient pris en charge de manière égale par les Communautés française et flamande et le fédéral, selon la proposition de ce dernier.

Interrogé lundi en commission du Parlement de la Fédération par les députés Olga Zrihen (PS) et André du Bus de Warnaffe (cdH), le ministre Nollet a annoncé que l'Olivier francophone s'était mis d'accord, lors de son conclave budgétaire de la semaine dernière, pour mobiliser les 20 millions d'euros sollicités.

Une réunion avec les trois entités sur ce sujet est programmée le 11 octobre prochain, a précisé le ministre.

Vu l'ampleur des travaux, et les moyens financiers limités des autorités, les travaux de rénovation du Conservatoire seront vraisemblablement découpés en plusieurs tranches.

"Le chantier est appelé à s'étaler sur plusieurs années, et sans doute plusieurs législatures vu les préalables nécessaires et les aléas propres à des travaux aussi importants. Cet étalement rendra aussi l'opération plus digeste pour nos finances", a ajouté M. Nollet.

L'état de délabrement avancé du bâtiment fait que plusieurs salles ont déjà dû être condamnées afin de préserver la sécurité des élèves et enseignants.

La semaine dernière, une centaine d'étudiants du Conservatoire avaient organisé un cours devant la gare centrale de Bruxelles pour réclamer la fin de l'inertie politique autour de ce dossier.