Bruxelles Des patients estiment que l’hôpital aurait dû ouvrir plus tard.

Trois semaines après l’inauguration de l’hôpital Chirec flambant neuf sur le site de Delta, à Auderghem, plusieurs patients déplorent l’accueil réservé et estiment que l’établissement aurait dû ouvrir ses portes plus tard. "Après avoir subi une première péridurale lombaire à l’hôpital Edith Cavell le 28 novembre, ma neurologue m’en a prescrit une seconde à faire assez rapidement. Cavell m’a communiqué le numéro de la clinique de la douleur sur le site Delta, censée ouvrir le lundi 11 décembre. J’ai tenté de joindre ce numéro, en vain, pendant quatre jours", déplore Claude.

Pagaille

En désespoir de cause, ce Bruxellois s’est alors rendu sur place le 14 décembre. "Première constatation : vu de l’extérieur, tout avait l’air en chantier. Et là, pagaille totale dès l’accès au parking. Les ascenseurs pour accéder à l’hôpital ne fonctionnaient pas, ce qui obligeait les gens, dont certains étaient en condition physique précaire, à emprunter les escaliers dans lesquels des dizaines d’ouvriers s’affairaient. L’un d’entre eux m’a d’ailleurs fait part de son mécontentement de devoir travailler dans de pareilles conditions", précise-t-il.

Claude s’est ensuite rendu au premier étage, sur le plateau censé abriter la clinique de la douleur. "Là, personne au comptoir d’accueil. Je m’adresse alors au comptoir général où des préposées extrêmement aimables mais complètement désabusées me signalent que la clinique de la douleur et la salle dédiée aux péridurales ne seront pas disponibles avant janvier. Information confirmée par l’anesthésiste que j’ai eu l’occasion d’avoir au téléphone, incapable de me fixer un rendez-vous faute de date précise d’ouverture de la salle où se déroulent les péridurales", ajoute Claude.

Selon lui, l’hôpital aurait dû ouvrir plus tard afin d’éviter ce genre de désagréments.

Même son de cloche du côté de Katherine, enceinte de quatre mois : "Je m’y suis rendue la semaine dernière et tout est encore en travaux, rien n’est indiqué. Du coup, les gens ne savent pas où aller et errent dans les couloirs. Ça ne donne pas vraiment une impression de confiance car même le personnel ne sait pas où nous envoyer et se trompe de chemin. Il y a, à cause de ce désordre, des files partout et le personnel semble excédé."

Autre problème pointé du doigt : la difficulté d’obtenir un rendez-vous. "C’est beaucoup plus compliqué qu’avant pour avoir des rendez-vous dans des délais raisonnables. A Cavell, on avait des rendez-vous dans les 15 jours mais ici, il n’y a pas de place avant 2-3 mois voire plus. Bref, ils ne sont pas encore bien rodés. Mais mis à part ça, les bâtiments sont très modernes et je pense que ça ira mieux d’ici quelques mois. Point positif, toutefois : j’ai une copine qui a accouché il y a deux jours et elle est ravie de la maternité !", conclut-elle.

 


"Des adaptations à réaliser"

Si les services sont opérationnels, le médecin chef de l’hôpital confirme qu’il reste des ajustements.

Michel Dewever, médecin chef de l’hôpital Delta, est bien conscient que des adaptations doivent encore être réalisées. "Lorsque l’hôpital Marie Curie a ouvert à Charleroi, ils ont mis plusieurs mois à s’adapter. C’est la même situation pour nous mais je tiens à préciser que tous les services sont opérationnels, que ce soit la chirurgie, les soins intensifs ou le centre de dialyse", affirme-t-il.

Il explique par ailleurs que si la clinique de la douleur n’a pas encore pu ouvrir ses portes, c’est suite à des filtres qui n’ont pas été livrés dans les temps. "Du coup, les patients sont soit placés dans le grand quartier opératoire - là où nous avons 28 salles - ou alors nous les redirigeons vers nos autres sites. Mais à partir de la semaine prochaine, la clinique sera opérationnelle à Delta", ajoute Michel Dewever.

Promesses non-tenues

Autre bémol : des problèmes au niveau des marchés publics. "Différentes firmes avaient promis, lorsqu’on a donné notre feu vert pour le déménagement, que tout serait terminé dans les temps et qu’il n’y aurait pas de soucis. Mais ils ont sous-traité plusieurs travaux qui ne sont pas terminés, comme par exemple les abords de l’hôpital pour la simple et bonne raison qu’ils ne nous appartiennent pas."

"En arrivant à l’hôpital, un énorme chantier est actuellement réalisé. Il s’agit du projet résidentiel Delta Ouest qui accueillera des appartements, des kots étudiants, une maison de repos et des espaces commerciaux. Ce chantier devrait durer deux ans", conclut Michel Dewever.