Bruxelles

Les chantiers RER ne sont pas les seuls à être inscrits à l'agenda de la SNCB (LLB 14/12). Le 4 novembre, Infrabel(1) a ainsi bouclé la mise en place du dernier élément d'un viaduc de 435m de long entre Forest et Bruxelles-Midi. Avec ce viaduc, qui offrira deux voies de circulation, la ligne à grande vitesse Bruxelles-Paris disposera dorénavant d'un accès propre à la gare du Midi, évitant du même coup les interférences avec les nombreuses voies du réseau intérieur.

Ce chantier s'inscrit dans la construction de la branche ouest du réseau à grande vitesse. En s'épargnant le gymkhana qui les oblige actuellement à croiser pas moins de 22 voies (dont 11 voies de garage) pour rejoindre les quais qui leur sont dédiés, les TGV effectueront le trajet Bruxelles-Paris en 1h22, ce qui représente un gain de trois minutes par rapport à la situation actuelle. Le coût de cette infrastructure s'élève à 11 millions d'euros et son inauguration est prévue en décembre 2006. Une date qui coïncide avec l'entrée en service de deux nouvelles lignes vers Amsterdam et Cologne.

Viaduc et pont

Toujours dans le registre des travaux spectaculaires, un nouveau pont en arc métallique desservant la ligne Bruxelles-Louvain a également pris place dans le paysage bruxellois fin octobre dernier. Cette nouvelle infrastructure installée près de la gare de Schaerbeek-formation mesure 136m de long et a coûté 4,25 millions d'euros. Elle contribuera à l'élargissement tant de la capacité du réseau intérieur que de celle du réseau international à grande vitesse.

Ces travaux s'inscrivent dans le cadre de la construction de la nouvelle ligne à grande vitesse en direction de Louvain et Liège, d'une part, et d'Anvers, d'autre part. La ligne Bruxelles-Louvain a également été élargie de 2 à 4 voies. Un élargissement qui doit permettre, dès décembre de cette année, aux trains à grande vitesse (Thalys, IC, ICE) de circuler à 160 km/h sur les deux voies centrales entre Diegem et Louvain, tandis que les voies extérieures sont dévolues aux navettes omnibus. Fin 2006, les quatre voies seront accessibles aux convois à grande vitesse sur l'ensemble du tracé reliant Bruxelles-Nord à Louvain.

Le «Quadrilatère Nord»

A côté de ce pont, d'importants projets d'aménagement sont également programmés dans le nord de la Région bruxelloise. De nombreux travaux doivent ainsi être réalisés dans la zone du «quadrilatère de Bruxelles-Nord» situé sur Bruxelles-Ville. Afin de permettre le développement du futur réseau RER, ainsi que celui du trafic national et international, certaines voies devront être déplacées ou réaménagées. Ici encore, l'objectif est de réduire l'étranglement du trafic en limitant les croisements de voies. Un tunnel doit notamment être construit, ainsi qu'un nouveau viaduc, un nouveau pont et deux nouveaux points d'arrêt.

Parmi ces aménagements, la réalisation d'une nouvelle voie pour la ligne rapide Bruxelles-Liège-Cologne nécessite l'expropriation de 29 riverains de la rue du Progrès. Deux séances d'information ont déjà été organisées et les discussions individuelles avec les propriétaires concernés ont débuté. Côté incidences, Infrabel assure que ces travaux devraient à terme réduire les nuisances par rapport à la situation actuelle. Ceux-ci doivent normalement débuter fin 2007.

Par ailleurs, le projet du «quadrilatère Nord» concerne également des travaux liés au «Diabolo» qui doit contribuer à améliorer l'accès à l'aéroport de Bruxelles-National.

Diabolo

Dans le cadre du projet «Diabolo» justement, on rappellera qu'une première étape importante vient d'être franchie avec l'entrée en service ce 11 décembre de la courbe de Nossegem. Elle offre une liaison directe entre Louvain (Hasselt et Liège) et l'aéroport, ce qui - en évitant de devoir changer de train en gare du Nord - ramène la durée du trajet entre ces deux points à 14 minutes contre une cinquantaine auparavant. Ces aménagements auront coûté 20,8 millions d'euros.

Le projet «Diabolo» prévoit encore un nouveau tronçon reliant l'aéroport à la ligne Anvers-Malines-Bruxelles. Fin 2010, Bruxelles-National devrait ainsi être accessible directement depuis le nord et le nord-est du pays.

(1) Infrabel est la société anonyme qui gère l'infrastructure du réseau ferroviaire belge depuis le 1er janvier 2005.

© La Libre Belgique 2005