Bruxelles Une douzaine de remorques occupent des places de stationnement dans la commune.

Trouver une place pour se garer n’est pas toujours facile dans la capitale, mais quand des remorques prennent impunément des places que des voitures pourraient utiliser, la situation devient encore pire. C’est ce qu’a voulu dénoncer Richard (nom d’emprunt), cet habitant de Laeken qui décompte près de 15 remorques, garées sur la voie publique depuis des semaines.

"J’ai répertorié une douzaine de remorques abandonnées, donc qui ne sont pas attelées à un véhicule, et personne n’est inquiété, aucune amende ne peut être donnée. Non seulement elles prennent la place de voitures, mais en plus, certaines personnes mettent n’importe quoi dedans et cela devient presque insalubre", explique le riverain. Le problème ? Cela fait des semaines, voire des mois qu’elles sont dans la rue d’après Richard. Certaines ont même des pneus crevés. Impossible à déplacer donc. "J’ai appelé plusieurs fois la police et l’agent de quartier. On me promet toujours que quelque chose va être fait, mais rien ne bouge", continue-t-il.

Pourtant, le règlement général de police de la Ville de Bruxelles est clair. Il stipule que "tout véhicule pouvant être assimilé à un véhicule abandonné pourra faire l’objet d’une décision d’enlèvement". La zone de police Bruxelles capitale-Ixelles s’est donc rendue sur place, pour vérifier. Pour certaines, l’immatriculation faisant défaut, la police est en mesure d’intervenir et faire dépanner le véhicule.

Dans les environs , une caravane empêcherait également des véhicules de se garer. D’après Richard, elle se trouve à la même place depuis plusieurs mois. Pour elle aussi, "il est interdit […] de s’approprier volontairement […] des emplacements de stationnement", indique le règlement général de police.

Une fois nos renseignements pris, il s’agit de l’outil de travail de la propriétaire qui s’est toujours assurée de ne pas déranger ses voisins. Le véhicule étant garé devant son garage, elle se dit "étonnée" de devoir déplacer son véhicule.

À l’heure actuelle, la police a annoncé faire le nécessaire pour déplacer plusieurs des remorques garées sur la voie publique.